Rentrée scolaire : infrastructures et équipements en état de dégradation avancée

Une salle de classe d'un lycée public du Gabon © Gabonreview

Depuis ce lundi 18 septembre, la nouvelle ministre de l’Education nationale, Nadine Patricia Anguile Obame a entamé une série de visites dans plusieurs établissements de la capitale. Un périple qui l’a conduit, tour à tour, à l’école publique d’Okala, au lycée Paul Indjendjet Gondjout et au Collège Bessieux.

Le premier constat fait lors de cette visite de la nouvelle ministre, qui était accompagnée de ses collaborateurs, c’est l’état de décrépitude dans lequel se trouve la majorité des établissements, ceci à deux semaines de la rentrée scolaire. Si au collège Bessieux, la qualité des infrastructures reste acceptable, à l’école publique d’Okala, par contre, c’est un constat accablant qu’a fait Nadine Patricia Anguile Obame, insuffisance de tables-bancs, salles de classes en état de délabrement, problèmes d’insécurité.

La ministre de l’Education nationale a poursuivi son périple au lycée Paul indjendjet Gondjout, là bas c’est  le délabrement des bâtiments qui a attiré l’attention du membre du gouvernement. Les salles de classes manquent d’étanchéité, ont confié quelques membres du corps enseignant. Du coup, les élèves se retrouvent parfois les pieds dans l’eau à la période des pluies. Le gymnase n’existe plus que de nom, les lieux d’aisance sont hors-service, les hautes herbes ont envahi la quasi totalité de l’établissement.

Il faut dire que la situation observé par Nadine Patricia Anguile Obame au sein des établissements publics est  la même rencontrée  sur l’ensemble du territoire. Malgré les assurances du ministre  qui a indiqué qu’il «y aura des chantiers (…). Certains sont même déjà en cours, à l’exemple d’un bâtiment en réfection au niveau de la toiture. Il ne s’agit pas pour nous de laisser le lycée Paul Indjendjet Gondjout sombrer. Nous allons le réhabiliter progressivement. L’administration est continue. Les changements se feront en fonction des réformes», les chefs d’établissements attendent voir si ces engagements seront effectivement  respectés.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire