Régis Mihindou :«Jonathan Ndoutoume Ngome est un apprenti sorcier»

Le conflit qui oppose le ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre de la Famille, chargé de la Protection sociale et de la Solidarité nationale, Jonathan Ndoutoume Ngome et la Fédération nationale  des associations des personnes handicapées du Gabon a réellement atteint son paroxysme. Dans un droit de réponse publié dans les colonnes de l’hebdomadaire La Loupe de ce mardi 14 novembre 2017, le président de cette fédération, Régis Mihindou dit tout le bien qu’il pense du membre du gouvernement qui selon lui s’est illustré par des affirmations fallacieuses et dénuées de sens.

En effet, le ministre délégué s’était pourfendu d’un droit de réponse dans le journal La Loupe n° 352 du mardi 07 novembre où il tentait insidieusement de s’immiscer dans la gestion de la Fédération nationale  des associations des personnes handicapées du Gabon doutant de la capacité des responsables de faire preuve d’orthodoxie financière, tant sur la gestion publique allouée par l’Etat en guise de subvention que sur la gestion des fonds propres issus de la mise sous bail de son patrimoine.

Des assertions jugées insultantes pour la communauté et par Régis Mihindou, qui selon ce dernier l’oblige «à restaurer notre image abusivement écornée par un apprenti sorcier».

Se montrant pragmatique, il note que  cette sortie de Jonathan Ndoutoume Ngome, n’avait d’autre fin que de justifier son «interventionnisme dans la gestion de la société civile, au nom des 25 millions de Fcfa accordés depuis toujours par l’Etat» à la fédération. «Sur l’aide sociale accordée par l’Etat (…) elle n’a été de 25 millions de Fcfa qu’en 2013, avant de connaître une sérieuse cure d’amaigrissement» passant de 20 millions, puis 15 millions avant de chuter à 7,5 millions.  

En outre, Régis Mihindou relève que ces fonds sont «essentiellement orientés vers le paiement des salaires de notre staff composé de 5 agents, d’un directeur, d’un comptable, d’un opérateur de saisie, d’un agent de liaison et d’une technicienne de surface, (…) des fonds également engagés dans les obligations de frais administratifs et d’aides ponctuelles, selon nos possibilités d’apporter des solutions aux cas sociaux qui nous sont présentés par nos membres».

Il rappelle ainsi au ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre de la Famille, chargé de la Protection sociale et de la Solidarité nationale qu’au lieu de «s’engager inutilement dans la dénonciation calomnieuse gratuite», il serait de bon aloi pour ce dernier de retirer simplement les bilans financiers des assemblées générales auprès des directions techniques placées sous sa tutelle.

Accusé par le membre du gouvernement de gestion administrative approximative et d’avoir créé une direction technique fictive, le président de la fédération a jugé ces propos de simples  «écrits aux allures d’envolées lyriques». «Une insulte de trop à la décision collective des associations membre de la fédération nationale  des associations des personnes handicapées du Gabon, de se doter d’un directeur du siège. Cette volonté, adoptée à l’unanimité en assemblée générale»; martèle Régis Mihindou.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire