Régies financières : le gouvernement à pied d’oeuvre pour la mise en place d’un mode de gestion efficace

Les ministres du Budget, de l'Economie et des Hydrocarbures autour du Premier ministre © D.R

Ce mardi 28 novembre 2017, le premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet a réuni les ministres du Budget et des comptes publics, Jean-Fidèle Otandault, de l’Économie, Régis Immongault et des Hydrocarbures, Pascal Houangni Ambouroue avec en toile de fond, la situation des régies financières, notamment la mise en oeuvre d’un mode de gestion efficace des primes des agents, à l’origine de fronts sociaux récurrents.

Comment ramener la sérénité au sein des régies financières en proie depuis plusieurs mois à des grèves? Telle était la question au centre de la réunion présidée par le premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet avec les membres du gouvernement, en charge des questions techniques et financières.

En dépit des accords passés et autres négociations avec la tutelle, la situation est quasiment bloquée entre le gouvernement et les partenaires sociaux des régies financières. Devant une telle situation et pour éviter l’enlisement, le chef du gouvernement sur instructions du président Ali Bongo Ondimba, après que ce dernier ait été sollicité par les syndicats à réagir, a décidé de réunir les ministres Régis Immongault, Jean Fidèle Otandault et Pascal Houangni Ambouroue, pour examiner dans le fond, les raisons de la crise afin de proposer des solutions de sortie de l’impasse.

Plusieurs heures durant, «le Chef du Gouvernement et les ministres concernés ont égrené des mesures qui portent sur la mise en place d’une commission, l’élaboration d’un nouveau mécanisme de paiement des primes, un chronogramme de normalisation.»; précise la presse de la primature dans le but poursuit-elle de mettre en place «un mode de gestion efficace, pérenne qui satisfait l’ensemble des parties et à même de ramener définitivement la sérénité dans ces services clés de l’économie nationale.»

Pour rappel, depuis plusieurs mois les services des régies financières, douane, impôts, trésor et la direction des hydrocarbures sont paralysés par des grèves à répétitions des agents qui réclament le paiement des primes et autres émoluments relatifs à leurs conditions de travail.

Laissez votre commentaire