Régies financières: la Cosyref lance un ultimatum au gouvernement

Wilfried Erisco Mvou-Ossialas (Au centre) © GMT

Tension est semble-t-il sur le point de monter une fois de plus au sein des régies financières. Pour cause, lors de l’assemblée générale qui s’est tenue le 4 février 2019 à l’esplanade du ministère du Budget et des Comptes publics, les agents réunis au sein de la Confédération des Syndicats des régies financières et administrations assimilées (Cosyref) ont décidé du lancement d’un mouvement d’humeur à compter de ce mardi 5 février.

Au nombre des points évoqués lors de cette rencontre qui a vu la participation de plusieurs agents des régies financières, il y a entre autres le cadre juridique qui encadre les primes octroyées aux fonctionnaires de ce secteur d’activités ; la régularisation des situations administratives mais aussi l’harmonisation des grilles de paiement.

Lors de son intervention, le président de la Cosyref, Wilfried Erisco Mvou Ossialas a déploré, concernant le cadre juridique des primes, que « le texte se trouve à la coordination depuis 4 mois et ne trouve toujours pas de suite bien que la plus haute institution de la République (le président de la République, NDLR) soit déjà apte à signer les décrets ». Il a estimé que le ministre du Budget et ses collaborateurs devraient prendre en compte leur revendication car ils relèvent d’administrations stratégiques pour l’économie du pays.

« Maintenir certains au stade du simple recrutement, sans poste budgétaire pendant des années, et bloquer l’évolution normale des carrières des autres sont une arnaque orchestrée par nos dirigeants. Face à ce génocide silencieux, la base a décidé d’en faire le point central des revendications à l’ordre du jour », a martelé Wilfried Erisco Mvou Ossialas.

Après le constat de nonavancement de leurs revendications dressé par le vice président de cette organisation syndicale Yves Boulingui, l’assemblée générale a décidé de rentrer en grève d’avertissement de trois jours à compter du mardi 5 février 2019. Dans la foulée, les membres de la Cosyref ont lancé à l’endroit du gouvernement que la non satisfaction de ces points entraînera immédiatement une grève générale illimitée  sans service minimum.

Laissez votre commentaire