Régies financières : 72 heures de grève d’avertissement

Ce mercredi 3 août 2017, le personnel des régies financières de l’Etat a décidé au terme d’une assemblée générale d’entamer une grève de 72 heures pour obliger le ministre de l’Economie, Régis Immongault, à payer 3 mois d’arriérés de primes et 5 mois de bonus impayés, a annoncé leur porte parole Erisco Wilfried Ossialas Mvou.

L’Etat doit à ses agents à ce jour, 3 mois d’arriérés de primes et 5 mois d’arriérés de bonus. S’ils ne sont pas payés, ces derniers menacent de rentrer en grève illimitée. «On donne 3 jours au gouvernement pour ouvrir des négociations mais nous exigeons au préalable le paiement de tous ces arriérés. Les négociations porteront sur le mode de paiement de ces primes», a précisé Erisco Wilfried Ossialas Mvou.

Ils se sont massés par dizaine à l’entrée de Bercy, siège du ministère de l’Économie pour manifester leur mécontentement et interpeller le gouvernement sur le non paiement des arriérés de primes et bonus, au moment où le ministre de l’Economie, Régis Immongault, donnait une conférence de presse avec le chef de mission du Fonds monétaire international (FMI) qui a effectué une semaine d’études des dossiers du Plan de relance économique (PRE) du Gabon. Le FMI a décidé de soutenir le PRE par un financement de 642 millions de dollars durant une période de 3 ans.

Pour Erisco Wilfried Ossialas Mvou ce sit-in avait pour but de dire «au gouvernement que l’heure est grave». Et qu’il était nécessaire de s’asséoir «pour sauver notre pays». Malheureusement à les syndicalistes trouvé le portail fermé par des policiers. Une attitude qui selon eux «veut dire que le gouvernement ne veut pas négocier », a-t-il regretté.

Pour rappel, le gouvernement a mis en place en 2015 un nouveau système de rémunération (NSR) en intégrant plusieurs primes aux salaires, à l’exception des agents des régies financières qui devaient continuer à en raison de leur statut à en percevoir. Sauf que depuis plusieurs mois les impayés se sont accumulés.

Le ministre de l’Economie, Régis Immongault assure de son côté que les primes seront payés. Mais le système de paiement de ces primes a été réformé pour obliger le personnel de produire davantage et mériter les primes qui vont avec le niveau de production.

Laissez votre avis