mardi,13 avril 2021
AccueilDerniers articlesRéforme du Code civil: le gouvernement veut dépouiller l'époux du rôle de...

Réforme du Code civil: le gouvernement veut dépouiller l’époux du rôle de chef de famille

C’est sur présentation du ministre de la Justice, Garde des Sceaux et chargé des Droits de l’Homme, Erlyne Antonella Ndembet épouse Damas que le gouvernement gabonais a adopté à l’issue du Conseil de ministres tenu le mardi 23 mars 2021 le projet de loi portant modification et suppression de certaines dispositions du Code civil. Entre autres points à supprimer, le rôle de chef de famille, jusqu’ici, reconnu à l’époux. La donne serait donc à « un exercice commun » dudit statut social. 

Au nombre des amendements proposés par l’exécutif pour donner davantage de droits à la femme, il y a la perte par l’époux du statut de chef de famille. Dans la proposition de loi adoptée à l’unanimité par l’appareil gouvernemental, l’heure serait donc pour un exercice commun. C’est-à-dire que dorénavant, la femme et l’homme , devront partager équitablement ce statut qui fonde inéluctablement la dignité d’un homme marié. Le fait de présider à la destinée d’une famille avec l’aide de sa bien-aimée.

Toute visée qui semble, de nos jours, ne plus plaire aux membres du gouvernement qui misent sur un changement de paradigme culturel. D’ailleurs le ministre de la Justice, Garde des Sceaux et chargé des Droits de l’Homme, Erlyne Antonella Ndembet épouse Damas s’est défendue en mettant en avant l’équité sociale. « Le projet de modification du code civil apporte des amendements aux fins de promouvoir l’égalité entre les sexes, notamment », est-il indiqué dans ladite proposition de loi présentée par cette dernière.

Le présent projet de loi devra dans les tout prochains jours passer au Parlement pour examen par les sénateurs et les députés. S’il est validé, il devra ensuite être promulgué par le Président de la République pour sa mise en application définitive. Sa validation définitive donnera donc lieu à la modification de l’article 253 alinéa 1 du Code civil gabonais qui dispose que « le mari est le chef de famille. Il exerce cette fonction dans l’intérêt commun du ménage et des enfants ». Autant dire que l’équilibre prétendument recherché était déjà de mis à mal.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Bestheinfusion