Racket des Policiers: après le communiqué, l’opinion attend les mesures

Gabon Gabonmediatime Commandant En Chef De La Police Nationale Moussadji Mapangou
Le Commandant en chef des Forces de Police Nationale le Général de division Yves Marcel Mapangou Moussadji © D.R.

Après la publication d’une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux montrant des hommes vraisemblablement des forces de l’ordre retranchés dans un endroit se partageant un butin issu des rackets, le Commandant en Chef Général de division Yves Marcel Mapangou Moussadji visiblement remonté était sorti de sa réserve par le biais d’un communiqué non seulement pour  condamner cette pratique devenue sociale mais également pour prendre des mesures fermes contre les auteurs et acteurs de ces initiatives aux relents de corruption qui gangrènent le pays. 


La sortie du Commandant en chef des Forces de Police Nationale Général de division Yves Marcel Mapangou Moussadji avait annoncé la couleur en précisant dans ce communiqué que des mesures et des sanctions exemplaires à la hauteur de ces actes déshonorant, seraient prises après qu’une vidéo montrant des agents de forces de l’ordre de la Police Nationale se partageant le butin d’une présumée journée de racket eut suscité l’indignation et des vives critiques de l’opinion. 

Dans la foulée, la Police nationale par le truchement du commandant en Chef de la Police Nationale avait réagi, « Le Commandement en chef des Forces de Police Nationale qui condamne avec la plus grande fermeté ces postures  cavalières a, à l’issue de l’enquête ouverte à ce sujet, identifié et interpellé ces agents qui ont été par la suite mis à la disposition de l’Inspection Générale des Forces de Police Nationale, chargée d’établir les responsabilités des uns et des autres et de prendre les sanctions disciplinaires qui s’imposent, conformément aux lois et règlements en vigueur »

Seulement depuis ce communiqué, les responsables de la Police Nationale se sont murés dans un silence qui ne s’explique pas. L’opinion attend qu’ils communiquent sur les mesures qui ont été prises afin qu’elle ne réduisent pas cette sortie du commandant en chef des forces de police nationale à de la simple parlote, une sortie avec la seule ambition de contenter les populations et de feindre de mener un combat contre ce fléau pourtant sur la forme alors qu’elle reste inactive dans le fond. 

Quelle est la nature de leurs sanctions? Les sujets identifiés ont-ils été révoqués ? Quelles sont les mesures prises par le Haut Commandement des Forces de Police Nationale afin d’éradiquer cette pratique qui crée une défiance entre les policiers et les population? Quelle est la position du ministère de l’Intérieur sur cette affaire ?  L’opinion veut savoir, elle s’interroge car elle a vu en la sortie du responsable de la Police, une lueur d’espoir dans cette volonté commune de bouter hors de nos commissariats cette pratique « aux antipodes des valeurs professionnelles prônées au sein des unités et services jettent l’opprobre sur les Forces de Police Nationale ».  

Laissez votre commentaire