Programme Piscca: l’ambassade de France donne le coup d’envoi de l’édition 2018

Une vue des journalistes autour d'Antonin Raoust, attaché de coopération à l’Ambassade de France au Gabon © GMT

C’est à la faveur d’une conférence de presse qui s’est tenue ce mercredi 4 mars 2018, à l’Institut Français du Gabon (IFG), que l’ambassade de France au Gabon a officiellement lancé pour la deuxième année consécutive, l’appel à projets destinés à la société civile à travers le programme de Projets innovants des sociétés civiles et coalition d’acteurs (Piscca).

Le programme Piscca a pour objectif d’aider les acteurs de la société civile et les associations locales à se structurer et à mener des projets sur leurs territoires, tant sur le plan local que national.

Contrairement à 2017, la cagnotte de cette année a été légèrement revue à la hausse. C’est donc plus de 140 millions de Fcfa au titre de l’année 2018 qui seront décaissés pour répondre aux trois axes prioritaires consacrés au financement de projets. Deux thématiques transversales prises en compte dans le développement de projets et cinq dimensions prioritaires qui vont constituer la trame du programme de financement innovant de l’ambassade de France au Gabon.

Antonin Raoust, attaché de coopération des services de coopération et d’actions culturelles de l’ambassade de France au Gabon est revenu en détails sur la question: «le premier projet porte sur les droits fondamentaux des femmes et des enfants, soit 40% de l’enveloppe globale. Le deuxième projet, quant à lui, concerne l’insertion économique de la jeunesse et le développement local, soit 20% de l’enveloppe globale. Le dernier, enfin, est lié au regroupement et à la mise en réseau des acteurs de la société civile gabonaise, il représente 40% de l’enveloppe totale», a-t-il affirmé.

Piscca 2018, c’est aussi deux thématiques transversales qui portent sur l’approche genre et le recours aux technologies de l’information et de la communication (TIC). Il s’agit là, d’une orientation qui permettra aux acteurs de la société civile de «disposer d’outils numériques permettant de structurer leurs activités», a renchéri Antonin Raoust.

Les intéressés, qui se doivent d’être au préalable légalement reconnus, sont appelés à porter leurs projets auprès de l’ambassade de France au Gabon avant le 11 mai prochain. L’examen de ces projets par un comité de sélection interviendra au plus tard le 25 du même mois.

Pour rappel, en 2017, pour 120 millions de Fcfa, sur 70 projets réceptionnés et étudiés, le comité de sélection a retenu le ministère des Petites et moyennes entreprises (PME), l’ONG Femact, la Croix Rouge gabonaise, l’ONG Tous Différents, les ONG 3 S, Dorcas et l’ONG Program.