Près de 3000 emplois perdus dans le secteur pétrolier

© Montage GMT

C’est en substance l’une des informations donnée par le secrétaire général adjoint de l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep), Sylvain Mayabi Binet au cours du point de presse de la société civile accordé aux médias locaux la semaine écoulée. Il a profité de cette occasion pour faire le point sur la situation qui prévaut actuellement dans le secteur pétrolier, notamment au sein de l’entreprise Maurel et Prom, où les employés grévistes avaient été violemment réprimés par les forces de sécurité et de défense.

Après s’être appesanti sur la grève des employés de la junior française Maurel & Prom, le secrétaire général adjoint a également fait le point sur la crise que traverse le secteur pétrolier en général. A ce propos,  il a indiqué au cours de cet échange avec la presse, que depuis le début de la crise pétrolière survenue à la fin de la première moitié de l’année 2014, près de 3000 emplois ont déjà été perdus dans le secteur pétrolier et les activités connexes, via des plans de licenciements économiques et des départs négociés.

Particulièrement touchée par cette crise la capitale économique du Gabon, Port-Gentil, enregistre une hausse vertigineuse du taux de chômage selon Sylvain Mayabi Binet;  plus de 1000 travailleurs sont aujourd’hui en stand-by, ou en situation de congés techniques qui se renouvellent indéfiniment. Plus grave, certaines sociétés de services pétroliers, ainsi que des sous-traitants tels que Ensign, Exterran, KCA Deutas, IPS Services ont, quant à elles, tout simplement licencié tout leur personnel.

Par ailleurs, ces chiffres pourraient être plus importants, puisqu’ils ne prennent en compte que les situations dont l’ONEP a connaissance, souligne le secrétaire général de la centrale syndicale.

Laissez votre avis