Pour Le Changement désormais dans l’arène

Les membres fondateurs du parti Pour Le Changement © GMT

Dans le cadre du lancement officiel de ses activités, les responsables du parti d’opposition Pour Le Changement (PLC) ont animé un meeting le dimanche 1er juillet dernier au Rond point de Nzeng-Ayong dans le 6ème arrondissement de Libreville. A cette occasion, ils ont interpellé les populations en général et les jeunes en particulier à s’engager pleinement dans la vie politique du pays et à contribuer à la lutte pour le changement et l’alternance.

C’est en présence de plusieurs personnalités des partis alliés, notamment Jean Gaspard Ntoutoume Ayi et Flavienne Adiahenot de l’Union nationale (UN), Victorine Tchicot et Barry Ndimal du Rassemblement Héritage et modernité (RHM) et du secrétaire général du Rassemblement des patriotes républicains (RPR), Clay Martial Obame que les têtes de proue de PLC ont effectué leur première sortie. Au menu de cette rencontre qui s’est voulue citoyenne, la situation sociopolitique du pays et la nécessité pour la jeunesse de prendre sa place dans la construction d’une République véritablement démocratique.

Prenant la parole devant les centaines de jeunes réunis pour l’occasion, la vice-présidente de Pour Le Changement, Elza Ritchuelle Boukandou a  entretenu l’assistance sur la nécessité de responsabiliser la jeunesse. Pour résoudre la situation de crise multiforme que traverse le Gabon, il est important que chaque citoyen joue son rôle dans son domaine d’expertise. «Le combat pour la libération du Gabon est un combat de génération, chaque génération prend conscience des défis de son temps, chaque génération se bat pour atteindre des objectifs et procède par la suite à un transfert de flambeau. Et c’est à notre génération de prendre le relais», a-t-elle souligné.

A la suite de cette intervention, le vice président de cette formation politique, Nicolas Nguema a dénoncé la gestion scabreuse du pouvoir appelant de ce fait le peuple à réagir. «Les ennemis du Gabon ont décidé de nous monter les uns contre les autres, fonctionnaires contre employés, propriétaires contre locataires (…) si nous ne nous attelons pas à réagir dès à présent, ce sera rendre vaine la mort de nos prédécesseurs de lutte pour la libération du Gabon», a-t-il déclaré. Dans la même lancée, le premier responsable du parti, Thomas Ibinga a exhorté chaque citoyen à poursuivre la lutte car «feindre l’indifférence serait une forme de capitulation face à ce pouvoir».

«Nous sommes réunis ici pour permettre à chacun d’entre vous de comprendre la nécessité de vous engager pour votre pays. Le PLC a la vocation d’être la propriété de chaque gabonais et gabonaise. C’est un parti républicain, qui rassemble tous les gabonais ayant soif du changement», a lancé pour sa part le secrétaire exécutif du PLC, Anges Kevin Nzigou. 

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire