PosteBank: manipulations médiatiques, calomnies et coups bas contre le liquidateur

© GMT

La situation de flou qui règne au sein de PosteBank est loin d’avoir révélée tous ses secrets. Cet établissement bancaire qui est sous le coup d’une procédure de liquidation est le lieu de toutes les manigances et autres manipulations, à l’exemple de la machination montée de toute pièce par certains esprits malins contre le liquidateur, et ancien cadre de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac) à la retraite, Dieudonné Nkassa Emane, qui aurait été injustement accusé de malversations.

En effet, pour ce réseau bien installé dans l’administration de la PosteBank, l’objectif est de décrédibiliser l’actuel liquidateur avec pour ambition semble-t-il de pérenniser le système de prédation qui a conduit l’établissement à la banqueroute. Pour réaliser ce plan machiavélique,  quelques médias ont d’ailleurs été mis à contribution en comptant bien évidemment sur la propagation des informations qu’ils distilleraient sur les réseaux sociaux.

C’est ainsi qu’une information surprenante a été diffusée sur la toile indiquant que le liquidateur aurait «détourné à son profit des avoirs des comptes des clients de la Postebank (…) L’informateur précisait, par exemple, qu’une somme de 500 millions de F CFA aurait été ainsi prélevée sur le compte de la société Ceca Gadis par le liquidateur», des informations qui selon le tri-hebdomadaire Echos du Nord sont infondés.

Selon un responsable de l’entreprise contacté par notre confrère, un accord avait été trouvé avec la Postebank, qui prévoyait le versement des recettes journalières des magasins aux guichets des services financiers de l’établissement. Un partenariat qui avait pour avantage de créer un système de collecte de fonds pour le groupe de distribution. «En échange, la Poste SA pouvait utiliser ses fonds pour son fonctionnement, à condition de pouvoir les mettre à la disposition du groupe Ceca Gadis lorsque celui-ci en ferait la demande», poursuit Echos du Nord.

«C’est au nom de cet accord qu’une somme de 500 millions F CFA a été effectivement prélevée sur le compte de Ceca Gadis, bien avant le début de la liquidation, selon nos sources. A ce jour, elle n’a pas encore été remboursée au groupe Ceca Gadis. Il ne s’agit pas d’un prélèvement induit comme s’insinuent les détracteurs du liquidateur», révèle le tri-hebdomadaire.

Il est donc claire que cette pseudo affaire de malversations n’est qu’un coup monté de toute pièce, ceci dans l’optique d’éviter que ces fossoyeurs tapis dans l’ombre soient questionnés sur leur gestion avant l’arrivée du liquidateur. Il s’agit pour eux de décrédibiliser l’administration provisoire. Puis on se rend compte en suivant les faits que ce plan bien huilé de l’intérieur avait commencé avec la destruction volontaire des archives de la Postebank, la veille de l’arrivée d’une mission de la Cobac dans cet établissement.

En creusant un peu plus dans cette affaire on comprend qu’elle revêt également un caractère politico-financier au vue des individus soupçonnés d’avoir contribué à la banqueroute de la PosteBank. C’est donc ces mêmes personnalités qui ferraient des pieds et des mains, avec leurs complices introduits dans la machine, en orchestrant une cabale contre le liquidateur de la Postebank. Quitte à user de fake news (intox), même les plus éhontées.

Laissez votre commentaire