Postbank: Michaël Adandé dans l’oeil du cyclone de la COBAC

Michaël Adandé, président directeur général de la PostBank © GMT

Après un précédent échec à la tête de la Banque de développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC), Michaël Adandé, l’ancien banquier international vient une nouvelle fois de faire un flop et d’échouer lamentablement comme président directeur général de la Postbank gabonaise. Des décisions hasardeuses toutes, les unes après les autres, qui risquent finalement de lui coûter une fois de plus sa place.

Le remplaçant d’Alfred Mabicka, est aujourd’hui sur une corde raide. En effet, le président directeur général (PDG) de la Postbank, Michaël Adandé, venu pour redresser cet établissement bancaire public déjà très mal en point, a finalement contribué à son enlisement, voire son ensevelissement définitif, causé par des décisions aussi des hasardeuses les unes que les autres.

Une situation catastrophique que déplore l’ensemble des partenaires sociaux qui pointe du doigt l’incapacité du responsable de cet établissement à le redresser «Lorsque M. Adandé est arrivé à la tête de notre établissement bancaire, ce dernier nous a assuré qu’il fera tout ce qui sera en son pouvoir, pour redresser la Postbank, pour lui redonner ses lettres de noblesse. Mais quelle n’a pas été notre surprise lorsque la première décision de ce Monsieur a été de rénover son bureau à coup de millions», a relevé le porte-parole du Synapost Jacques Ikapi.

Comme exemple de ces choix incompréhensibles, l’achat en 2017 d’un logiciel de gestion bancaire «Cartago», auprès de son ancien employeur tunisien. Un logiciel qui, selon les syndicalistes n’est maîtrisé par aucun des employés.

Aujourd’hui, Michaël Adandé aurait, selon nos confrères d’Echos du Nord, à ses trousses, les gendarmes de la Commission bancaire de l’Afrique Centrale (Cobac), qui souhaitent savoir à quoi a réellement servi les 400 millions de Fcfa soit disant prévus pour rénover son bureau. Ce dernier devra également s’expliquer dans les jours à venir avec son ministre de tutelle au sujet de ce logiciel coûteux qui ne servira pas à la Postbank.

Laissez votre commentaire