lundi,26 juillet 2021
AccueilDerniers articlesPort-Gentil: Une femme condamnée à 10 ans de prison pour coups et...

Port-Gentil: Une femme condamnée à 10 ans de prison pour coups et blessures mortels sur un enfant de 5 ans

Ecouter cet article

Le jeudi 27 avril dernier, la session criminelle 2021 s’est poursuivie au palais de justice de Port-Gentil avec entre autres comme affaire, le procès de Iwenga Sona Auréole Nadia qui a été fixée sur son sort à l’issue de l’audience. L’accusée après délibération de la cour a été reconnue coupable des faits de crime de coups et blessures mortels sur une fillette de 5 ans et a été condamnée à 10 ans de réclusion criminelle dont 5 avec sursis.

Les faits se seraient déroulés le 10 mai 2018, aux environs de 11 h du matin. Le jour du drame, Iwenga Sona surprend la petite M.A.P.Y, fille de son concubin en train de s’adonner à des attouchements sur son petit frère. Prise de colère, la mère se saisit de trois brindilles épineuses et se met à frapper la petite. Plus tard dans la même journée, la fillette va se plaindre de violents maux de tête; Madame Iwenga Sona va lui donner à boire de l’efferalgan et lui fera un massage sur tout le corps.

Le lendemain, voyant que la petite avait du mal à respirer, la mère de la petite va appeler sa belle sœur Natou pour lui faire part de la situation. Cette dernière lui suggère d’emmener l’enfant au Centre Hospitalier Régional de Ntchengué. Une fois à l’hôpital, le médecin ne fera que constater le décès de la fillette. Informée du décès, Moustiga Wora, la mère de la petite fille décédée, dépose plainte contre Iwenga à l’antenne provinciale de la Police Judiciaire de Port-Gentil, la capitale provinciale de l’Ogooué-Maritime.

Entendue en enquête préliminaire Iwenga Sona Auréole Nadia déclare qu’elle avait porté des coups à la petite avec colère et ce, à l’aide d’un bois, d’où la présence d’hématomes et blessures sur l’ensemble du corps de la fillette. Aussi, elle va avouer que la tête de la petite fille avait cogné contre le mur pendant qu’elle administrait des coups. Pour sa part, Moyombet Yvon, le père de la petite fille a déclaré, lors de l’enquête préliminaire, que cela faisait 7 mois qu’il vivait avec sa fille. Poursuivant son propos, il indique que le jour des faits, il était parti à la pêche quelques jours avant le jour du drame afin de subvenir aux besoins de sa famille, et avait laissé sa concubine et les enfants en bonne santé. Au terme de son procès, Iwenga Sona Auriole Nadia a été reconnue coupable de crime de coups et blessures mortels sur la petite M.A.P.Y. En répression, elle a été condamnée par la Cour à 10 ans de réclusion criminelle dont 5 ans avec sursis.

Laissez votre commentaire

Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale.Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales