samedi,6 mars 2021
Accueil Derniers articles Port-Gentil: un couple mis aux arrêts pour «esclavage sexuel» sur leurs enfants

Port-Gentil: un couple mis aux arrêts pour «esclavage sexuel» sur leurs enfants

L’affaire continue de faire grand bruit dans les artères de la capitale économique du Gabon, Port-Gentil. En effet, un couple de compatriotes répondant aux noms de Edgar Kapone et Carine Eyang, serait gardé à vue au commissariat central de la localité depuis quelques jours. Le premier cité serait l’auteur de viol en reunion sur son fils âgé de 16 ans et sa fillette dont il serait aussi le père de l’enfant.

C’est une source autorisée qui révélera au grand jour ce qu’on pourrait appeler « l’affaire Kapone ». Une histoire de pédophilie et de sectarisme dont les victimes auraient été les propres enfants d’Edgard Kapone, italo-gabonais et ancien agent de la société pétrolière Perenco. En effet, ce père de famille au comportement déviant aurait régulièrement abusé sexuellement de son fils alors âgé de 16 ans au moment des faits.

Ce dernier, qui répond au prénom de « prince », était sous la tutelle de Carine Eyang, la femme de leur géniteur depuis la disparition successive de leurs mères. Le pot aux roses aurait été découvert par la meilleure amie de Carine Eyang. Cette amie proche du couple aurait constaté que Prince peinait à s’asseoir convenablement. Aussitôt, son établissement décide de l’interner dans un hôpital de la localité. C’est en hospitalisation que l’adolescent racontera son calvaire.

Apprend-t-on de la bouche de la victime que son très cher père l’aurait sodomisé en compagnie de certains de ses collègues de travail. Une forme de tontine sexuelle où chacun devait livrer sa progéniture et partager leur ignoble plaisir en groupe. Visiblement non informée des basses besognes de son époux, Carine Eyang décide de se réfugier chez sa meilleure amie avec les deux gamins qu’elle considère comme ses propres enfants. Espérant un dernier remords d’Edgard Kapone, elle lui aurait demandé si ce qu’elle a entendu est vrai. 

Sans surprise, le présumé sodomite aurait nié tout en bloc en menaçant sa partenaire de vie de porter atteinte à son intégrité physique si elle insistait. C’est sans doute cette peur qui l’aurait conditionnée dans ce mutisme en espérant avoir assez de preuves contre son homme pour le dénoncer. Dans ces entrefaites, elle sera cueillie pour complicité au même moment que le bourreau de leurs enfants. C’est en garde à vue qu’elle découvre que l’une des filles d’Edgard Kapone avait aussi été victime.

Aujourd’hui âgée de 32 ans, cette fille qui s’est depuis éloignée de son père, vit à Libreville dans ce traumatisme. Et ce, d’autant plus qu’elle serait tombée enceinte de son géniteur. Edgard Kapone traîne une sulfureuse réputation d’homme violent et sado-masochiste. S’appuyant sur ses « liens » avec les plus hautes autorités de la ville du Pétrole et issu d’une famille influente, le présumé père indélicat aurait fait de son dernier enfant, âgé de 10 ans, sa future victime. Bienheureusement, rien n’en a été grâce à leur belle-mère. Laquelle a fini par être assimilée, à tort ou à raison, à une complice par les autorités judiciaires. Nous y reviendrons !

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Bestheinfusion