mardi,24 mai 2022
AccueilDerniers articlesPort-Gentil: les transporteurs suspendent leur mouvement de grève

Port-Gentil: les transporteurs suspendent leur mouvement de grève

Ecouter cet article

Albert Bernard Bongo Essono, le président de la Fédération gabonaise des syndicats des transports et assimilés (Fegasta), a annoncé, au terme de leur rencontre avec le gouverneur de la province de l’Ogooué-Maritime, Paul Ngome Ayong, la fin de leur mouvement de grève. Lancée dans le but de fustiger le racket dont ils sont victimes de la part des Forces de défense et de sécurité, les transporteurs ont finalement suspendu leur levée de boucliers aux fins de privilégier les négociations avec les autorités de la cité pétrolière.

Au terme d’une réunion de clarification avec le gouverneur de la province de l’Ogooué-Maritime, Paul Ngome Ayong, les membres de la Fédération gabonaise des syndicats des transports et assimilés (Fegasta), en grève générale illimitée depuis le 21 mars dernier, ont décidé de reprendre les activités le vendredi 25 mars 2022. « Cette réunion est venue à point nommé. Nous sommes satisfaits dans le sens où nous allons lever la grève. Donc à partir de ce vendredi, tout le monde reprendra le travail normalement », a déclaré le président  fédéral dudit syndicat, Albert Bernard Bongo Essono.

Cette levée de boucliers visait à interpeller les autorités de la ville de Port-Gentil quant à de nombreuses situations qu’elles décrient depuis des mois et qui mettent à mal les opérateurs économiques travaillant dans le secteur du transport. Si plusieurs facteurs sont à la base de cette grève, le plus saillant est relatif aux contrôles intempestifs qui se font sur le terrain par les éléments de la police et de la gendarmerie. Lesquels ont été décriés comme étant des « rackets » opérés par nos Forces de l’ordre.

Au terme de la rencontre, le gouverneur de la province de l’Ogooué-Maritime, Paul Ngome Ayong a instruit le commandant de la gendarmerie ainsi que colonel de la police qu’aucun contrôle ne soit effectué entre 6 et 13 heures et de 15 à 19 heures afin de permettre aux populations de vaquer à leurs occupations. Une décision qui permettrait de retrouver la sérénité au quotidien en mettant fin au phénomène des rackets perpétrés par certains agents des forces de sécurité et même de défense. 

Andy Marvine Nze
Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales
Global Media Time Gif
Enami Shop