Port-Gentil/ Législatives 2018: «nous devons confirmer le vote d’août 2016», dixit Barro Chambrier

Le RHM affûte ses armes à Port-Gentil ©

Dans l’optique de mobiliser ses troupes et prendre le pouls de la situation socioéconomique le bureau exécutif du Rassemblement Héritage et modernité (RHM) a tenu a échangé avec les populations de Port-gentil (Ogooué-maritime). Lors de ce déplacement ils ont appelés les port-gentillais à se mobiliser pour prendre part aux prochaines élections législatives et défaire dans «les urnes le parti démocratique gabonais et Ali Bongo comme ce fut le cas à l’élection présidentielle du 27 août 2016».

C’est accompagné de quelques membres du directoire du RHM, notamment Michel Boumi, Christian Clotaire Ivala, Santurel Ngoma Madoungou et bien d’autres qu’Alexandre Barro Chambrier est allé au contact des populations de la capitale économique du pays. C’est au pas de course qu’il a animé deux causeries, dans les 2ème et 4ème arrondissement. Outre ces rencontres, il a également échangé avec les employés de l’entreprise Satram, qui depuis bientôt un an n’ont pas perçu leurs salaires.

Entamé le jeudi 28 juin dernier, la tournée effectuée par cette formation politique membre de la Coalition pour la nouvelle République autour de Jean Ping avait pour objectif d’entretenir les populations sur la suite à donner au combat pour le changement et l’alternance. Ainsi, le leader du RHM a réaffirmé la volonté de son parti à prendre part à l’élection législative, qui selon lui participe à la lutte pour la reconnaissance de la vérité des urnes.

Il n’a pas manqué de fustiger les magouilles qui ont eu lieu lors du processus de révision de la liste électorale, mais s’est dit convaincu de la victoire de l’opposition lors de ce scrutin. «Nous savons qu’iIs ont déjà commencé à tricher en payant les recepissés à 20 000 ou 30 000 Fcfa. Nous savons tout ce qui est mis en oeuvre pour instrumentaliser les jeunes, pour les manipuler. Mais nous disons que cela ne va pas prospérer parce qu’ils l’ont déjà tenté en 2016 et ils n’ont pas réussi. Voilà pourquoi nous disons qu’il faut confirmer le vote d’août 2016. Nous devons montrer une fois de plus que c’est Jean Ping qui a gagné», a-t-il martelé.

Concernant les acteurs politiques de son camp qui défendent l’idée d’un boycott, Alexandre Barro Chambrier ne s’est pas montré tendre, il a estimé devant des dizaines de port-gentillais que cette démarche relevait de l’incohérence. «Après le boycott de 2011, notre ainé Jean Eyeghe Ndong a été candidat aux locales  et ils a gagnés brillamment au 2ème arrondissement et pourtant ils ont contesté qu’Ali Bongo avait gagné les élections en 2009. Ils ont boycotté en 2011 mais il était candidat aux élections locales de 2013. Donc j’espère qu’il va boycotter les prochaines élections locales», a lancé le leader du RHM.

Par ailleurs, les responsables de cette formation politique ont rencontré les employés de Satram, qui depuis de nombreux mois, sont confrontés à des difficultés sans précédent du fait du non paiement de leurs salaires. Il était question lors de cette rencontre d’échanger avec ces gabonais qui du fait de la crise que traverse le secteur pétrolier, sont délaissés par les pouvoirs publics. A cette occasion, Alexandre Barro Chambrier leur a exprimé son soutien.

Laissez votre commentaire