Port-Gentil: le DG de SEMTS refuse de payer les droits à la retraite de ses employés

Port-Gentil © D.R

Frappé de plein fouet par la crise pétrolière mondiale, la situation des entreprises dans la capitale économique continue au fil des mois de se dégrader. Entre la fermeture de nombreuses d’entre elles et la mise au chômage de millier de gabonais, certains patrons s’illustrent par des agissements répréhensibles, c’est le cas de la société Services Exploitation Marine Tuyauterie Soudure (SEMTS) où son responsable refuse de régler les droits à la retraites d’une dizaine de ses employés depuis plusieurs mois.

Alors qu’ils ont été admis à faire valoir leurs droits à la retraite depuis le mois de décembre 2017, les employés de cette entreprise exerçant dans le domaine de la sous-traitance pétrolière, ne savent plus à quel saint se vouer. Pour cause, ils vivent dans l’attente de la régularisation de leur situation et sont confrontés au manque  de considération de leur employeur qui retarde depuis des mois le paiement de leurs droits.

Ancien colonel à la retraite, le directeur général de SEMTS, Pierre Camarda s’illustre depuis lors par des agissements peu conventionnels au mépris de la législation du travail. Il est d’ailleurs soutenu selon des sources concordantes par la présidente du Conseil d’administration de cette entreprise, Dolly Tochman, qui ne daigne pas lever le petit doigt puisque étant son épouse.  

Joint au téléphone par Gabon Media Time, un employé indique que le chef d’entreprise affiche un comportement méprisant à l’égard, non seulement de son personnel, mais aussi envers les autorités administratives en charge du dossier. «Devant nous il tient des propos à la limite insultants à l’endroit des autorités du pays, et estime qu’il a le bras assez long et qu’on ne peut l’emmener nu part. Nous avons saisi le procureur pour qu’il fasse pression mais nous attendons toujours, nous étions donc obligés de faire un sit-in au sein de la société pour faire pression», a-t-il confié, avant d’indiquer que le responsable a fait appel aux forces de sécurité afin d’être exfiltré.

D’après la même source, le directeur général est coutumier de faits peu orthodoxes, il aurait monté une entreprise ecran dénommée Tesiga afin d’obtenir des marchés avec Shell Gabon actuel Assala Energy et se trouverait d’ailleurs en conflit avec cette dernière. Comme prétexte pour ne pas régler les droits de ses employés, il argue que l’entreprise ne dispose pas de fonds alors qu’elle bénéficie actuellement de plusieurs marchés avec des entreprises pétrolières de la ville de sable.

Face à cette situation, les employés sont désormais dans l’expectative pour voir leur situation être prise en main non seulement par l’inspection du travail, mais aussi par le procureur de la République près le Tribunal de Port-Gentil.

Laissez votre commentaire