Port-Gentil: la route du nouveau port en piteux état sous le regard de Bernard Aperano

© D.R

La capitale économique du Gabon, censée être le symbole de l’émergence prônée par les plus hautes autorités en tête desquelles le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, n’est désormais plus que l’ombre d’ellemême. La preuve avec l’état de délabrement de la route qui mène vers la zone industrielle de cette ville qui du fait de la crise pétrolière est quasiment sinistrée.



La province de l’ogooué maritime a longtemps été la vitrine de la santé économique du Gabon. La présence de multiples entreprises était perçue comme un atout dans la transformation du paysage de son chef lieu Port-Gentil dans l’immédiat et des autres villes dan le temps.

Aujourd’hui les populations port-gentillaises sont étonnées et impuissantes en constatant l’état dans lequel se trouve leur ville qui a subi de plein fouet la crise consécutive à la chute du prix du baril de pétrole. « C’est plus que triste de voir Port-Gentil dans un tel état avec tous les ministres de la République que compte cette province. En mars et avril ici, les populations pêchent du poisson dans les petits lacs artificiels formés après la tombée des pluies. Les canalisations sont bouchées, les routes sont comme à l’époque coloniale », s’indigne un usager qui a préféré garder l’anonymat et qui s’est confié à nos confrères de Gabonreview.

Preuve de cette dégringolade de la deuxième ville du pays, la route dite du Nouveau Port où sont installées la quasi-totalité des grandes entreprises pétrolières, à l’instar de Perenco, se trouve dans un piteux état depuis plusieurs années. Il faut user de beaucoup de stratagèmes pour circuler dans cette voie parsemée de nids de poules et de larges trous devenus des rivières.

Pas étonnant que des accidents y sont enregistrés régulièrement sans compter les effets négatifs que cela a et aura encore sur l’activité économique. Comme principales conséquences nous avons les délais de livraison de marchandises en tous genres qui sont rallongés plutôt que raccourcis.

Face à cette situation, des voix s’élèvent pour interpeller l’équipe municipale actuelle dirigée par Bernard Aperano qui ne bronche toujours pas, ce qui ne fait qu’agrandir la désolation des port-gentillais qui ne savent plus à quel saint se vouer et attend impatiemment le limogeage de l’edil de la ville qui n’a aucun résultat à son actif.

Laissez votre commentaire