Port-Gentil: les enseignants sur le pied de guerre contre la suppression des vacations

© D.R

L’annonce d’une probable suppression du paiement des vacations aux enseignants faite par le premier ministre Julien Nkoghe Bekale lors de sa déclaration de politique générale devant les députés est loin de faire l’unanimité. Pour preuve, le Syndicat des enseignants de l’Education nationale (Sena) à Port-Gentil est monté au créneau récemment pour dénoncer ce qui s’apparente à une provocation de la part du gouvernement.  



C’est par la voix du secrétaire provincial Sylvain Moundounga que cette organisation syndicale a tenu à réagir à la déclaration du chef du gouvernement  du 26 février dernier. En effet, devant les honorables députés ce dernier, évoquant la question du paiement des vacations aux enseignants après la correction des épreuves des différents examens et concours nationaux, avait indiqué vouloir « réexaminer les fondements du paiement » de ces émoluments. Ceci dans un souci disait-il « d’efficacité budgétaire ».

Une déclaration qui n’a pas manqué de susciter de vives réactions chez les principaux acteurs du secteur education. Réagissant aux assertions de Julien Nkoghe Bekale qui indiquait « qu’il était incompréhensible que des enseignants dont la vocation est d’enseigner et d’évaluer demandent chaque fois, à être payés pour corriger une copie d’examen », le secrétaire provincial du Sena s’est dit indigné par ces propos. Il a estimé que ce dernier « aurait d’abord dû chercher à s’imprégner du fond de la chose avant de faire une telle déclaration, qui ressemble à une menace à peine voilée ».

« Les enseignants, que nous sommes, attendons de pied ferme l’effectivité de la suppression, pour sonner l’hallali (…) car, Julien Nkoghe Bekale n’est pas le premier chef du gouvernement à tenter d’explorer cette voie, qui n’a jamais produit les effets escomptés », a-t-il martelé dans les colonnes du quotidien L’Union. Il a d’ailleurs justifié cette position par l’évidence inscrit dans l’article 18 de l’Organisation internationale du travail (OIT) qui dispose qu’« au-delà des heures dues, un enseignant doit être payé en termes de vacations pour les heures supplémentaires travaillées ».  

 

Laissez votre commentaire