Port-Gentil: Elle tue accidentellement son ex petit-ami à coup de ciseaux

Sabrina Manfoumbi Mihindou la suspecte © L'Union

Un jeune homme a été accidentellement tué par son ancienne petite-amie qui est aussi la mère de son enfant. Ce drame s’est produit durant une altercation entre les deux protagonistes qui se disputaient une paire de ciseaux qui malheureusement se logera dans le cou de la victime.  



La relation amoureuse est un long fleuve tranquille jusqu’au jour de la rupture. Sabrina Manfoumbi Mihindou et Léandre Ogoula Azizet sont des véritables exemples de ce type d’union devenue fatale. En effet, ces deux jeunes vivant à Port-Gentil ont longtemps entretenu une idylle dont un enfant sortira. Seulement depuis, les tourtereaux ont rompu et entretiennent des échanges houleux à la moindre occasion.

Un soir, alors que Sabrina quittait son lieu de travail comme d’habitude, son ancien copain l’attendait dans un bistrot situé sur son chemin. Marquant un arrêt chez sa voisine, son ancien petit ami surgit et l’engueule. Cette dernière tente de lui expliquer qu’ils se trouvaient chez le voisinage mais le jeune homme n’en fit pas cas. Éhontée, Sabrina filera chez ses parents où elle vit encore. Mais elle ne parviendra pas à semer son ancien amour qui la traque jusqu’à chez elle. C’est là qu’éclate la bagarre.

Durant la rixe, Léandre se serait saisi d’une paire de ciseaux dans la chambre de Sabrina où ils se trouvaient. Par la suite il s’en serait servi pour détruire la coiffeuse installée dans la chambre de la demoiselle en s’appuyant sur le fait que ce meuble avait été réalisé avec son argent. Remontée, elle opposera résistance. malheureusement dans cet élan, c’est la paire de ciseaux entre les mains de Léandre qui s’enfoncera dans la gorge de ce dernier. Paniquée, elle alertera le voisinage mais Léandre passera de vie à trépas.

Conduite dans les locaux de la Police judiciaire, Sabrina sera auditionnée puis placée en détention préventive à la prison centrale de Port-Gentil du Château sous ordre du parquet de la République. Elle y attendra d’être jugée pour homicide involontaire. Pour rappel, le Code pénal gabonais prévoit en son article 246 que les auteurs des homicides involontaires pourraient encourir des peines allant de 3 mois à 5 ans assorties d’une amende de 24 000 Fcfa à 1 000 000 Fcfa.

Laissez votre commentaire