samedi,18 septembre 2021
AccueilA La UneLa politique d'emploi d’Olam saluée par les autorités de la Ngounié

La politique d’emploi d’Olam saluée par les autorités de la Ngounié

Ecouter cet article


Dans le cadre de la mission citoyenne et nationale initiée par Olam, menée de concert avec la société civile gabonaise, les deux parties se sont rendues dans la province de la Ngounié. A cette occasion, elles ont été reçues mercredi 25 juillet dernier, à la mairie de Mouila par les autorités locales, en tête desquelles le gouverneur de la province, Benjamin Nzigou qui en a profité pour féliciter l’entreprise pour la redynamisation de l’économie et les emplois générés dans ladite province depuis son arrivée.

Sur le présidium qui supplante la petite salle de la mairie de Mouila, l’on pouvait apercevoir, Dieudonné Minlama Mintogo, coordinateur de ladite mission, à ses côtés, le gouverneur de la province Benjamin Nzigou, le premier magistrat de la ville, Isabelle Olga Mboumba Mouanga, le préfet du département de Ntsamba Magotsi, la coordinatrice principale du Bloc syndical de la première second, Aminata Ondo, et Tatiana Eboua, responsable sociale d’Olam. Tous ont abordé les aspects social et économique liés à l’implantation d’Olam dans la province.

Au-delà des réfections et constructions d’écoles, de l’éclairage public par la mise en place de panneaux solaires, des pompes hydrauliques, le groupe singapourien peut en effet se prévaloir, dans la province de la Ngounié, notamment sur les 3 lots qui composent son exploitation, de pourvoir 7000 emplois gabonais pour près de 250 employés étrangers. Sur ces 7000 emplois directs, on compte 70% d’hommes, pour 30% de femmes avec un ratio de 59% en contrat à durée déterminée (CDD) et 41% en contrats à durée indéterminée (CDI).

Des chiffres éloquents et élogieux qui pour beaucoup feraient pâlir n’importe quelle autorité administrative. Benjamin Nzigou en est certain, Olam a ravi le bonheur à la capitale pour le ramener à Mouila. «La perception que nous avons en tant qu’autorités c’est qu’il y a quand même un impact positif. Je fais allusion à l’emploi qui a permis de rehausser les revenus et par là, entraîner le développement de la province», a-t-il déclaré.


Un constat fait également par la société civile qui n’a pas d’ailleurs manqué, à l’occasion des échanges, d’interpeller le groupe Olam afin qu’ils y engage, malgré les chiffres jugés insatisfaisants, une politique plus grande de gabonisation de l’emploi. «En tant que sydicaliste j’aurais souhaité que le ministère du Travail créé une loi afin que toust recrutement d’Olam passe nécessairement par l’Office national de l’emploi (ONE), afin de favoriser les Gabonais. Car làbas, à l’ONE, s’y trouvent beaucoup de dossiers qui chôment alors que sur le terrain nous trouvons beaucoup d’étrangers qui travaillent et c’est frustrant pour nous!», a confié Scholastique Okoue, responsable de la fédération des agents publics de la communication et du travail (FATTC).

À cela, Tatiana Eboua, responsable sociale d’Olam, a répondu que cette situation est d’abord la responsabilité des Gabonais car nombreux d’entre eux sont réfractaires au travail en province. «Vous savez que le problème de l’emploi des Gabonais ne concerne pas seulement Olam, c’est aussi la volonté des Gabonais, quel sont ces Gabonais qui veulent travailler en province ?» s’est-elle interrogée.

«Si vous prenez les statistiques depuis le début de nos activités, vous verrez que le taux d’expatriés a drastiquement baissé. Aujourd’hui, nous sommes dans un processus de gabonisation de l’emploi, mais cette gabonisation de l’emploi passe aussi par la formation des cadres gabonais qui occuperont ces postes à l’avenir», a-t-elle conclu.

Laissez votre commentaire

Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Enami Shop