Politique : « Au nom de la dignité humaine », Maître Fabien Méré s’exprime sur la situation socio-politique du Gabon

À l’occasion d’une déclaration de presse qui s’est tenue ce jour, l’ancien ministre et avocat au barreau du Gabon Maître Fabien Méré s’est exprimé sur le climat sociopolitique du pays à l’approche de l’élection présidentielle du 27 août prochain.

Au cours de son allocution, Me Fabien Méré s’est appesanti « Au nom de la dignité humaine » sur plusieurs points en l’occurrence, la situation des droits de l’homme et des libertés publiques, la polémique sur l’acte de naissance du président sortant Ali Bongo et l’élection présidentielle à venir.

Sur les violations des libertés publiques, Me Méré a fustigé l’état de léthargie dans lequel se trouve la justice gabonaise, un pouvoir qui se complaît dans des violations des libertés individuelles et des prises de décisions arbitraires. Il en est de même de sa composition et de l’exigence de probité qui ne loge plus dans la conscience de certains magistrats. Il affirme que : « Tant que certaines situations ne vous arrivent pas, vous ne pouvez pas vous rendre compte de la décrépitude abyssale dans laquelle notre société est désormais plongée ». Affirmant qu’ « On tue sur la place publique dans notre pays », Me Méré a pris comme exemple Martine Oulabou qui a avait été fauché par une balle en pleine matinée en public.

Abordant la polémique que suscite le flou qui entoure l’état civil du président Ali Bongo, Me Fabien Méré précise « que nous sommes dans une situation inédite et unique au monde, avec une personne qui se retrouve avec cinq actes de naissance », et d’ajouter : « Ali Bongo est gabonais oui, mais Ali Bongo a des problèmes avec son acte de naissance oui, c’est évident ». Une situation qui semble présager des lendemains tumultueux pour le pays au vu des contestations que suscite la candidature d’Ali Bongo.

En tant que citoyen libre, Me Méré a tenu également à donner son point de vue sur l’élection qui doit se tenir en août prochain, il dit pour ce faire : « Je crains que demain soit pire qu’aujourd’hui, et j’ai pris la décision de supplier, de proposer à Ali, je veux que cela soit répéter, je supplie qu’il s’engage sur la voie du renoncement. Un renoncement qui devra être un choix personnel pensé par Ali Bongo Ondimba dans son intérêt et pour l’intérêt supérieur de la patrie », a-t-il martelé en définitive.


Pour rappel, Me Méré est un avocat inscrit au barreau du Gabon, il est un des grands leaders des années 90 qui a œuvré aux côtés de Me Louis Agondjo Okawé, Joseph Redjambé et Anaclet Bissieolo avec qui il a créé le Parti radical des républicains indépendants (Le PARI).

Me Fabien Méré répondant aux questions de la presse.

Laissez votre avis