Plus de 3 000 litres de déchets plastiques ramassés à l’issue de «La Randonnée Verte»

La première édition de « La Randonnée Verte » placée sous le thème, « Éloigner le plastique de nos plages »  organisée par le Réseau des Jeunes Volontaires Francophones du Gabon (JVF Gabon) le weekend dernier a tenu toutes ses promesses. Au bout de 16 km parcourus dans l’aire protégée de l’Arboretum Raponda Walker (ARW), les randonneurs ont rempli une quarantaine de sacs plastiques.  


Chaussures, bouteilles et bidons en plastique, il y avait de tout sur la plage de l’Arboretum Raponda Walker au passage des randonneurs. Cette initiative qui commémorait en différé la journée internationale du volontariat organisée tous les 5 décembre de chaque année  a connu une forte participation à en croire les initiateurs.

Le Réseau des Jeunes Volontaires Francophones du Gabon (JVF Gabon) qui fait de la protection de l’environnement un axe prioritaire de ses actions, « a voulu organiser  une activité citoyenne originale, alliant volontariat, sport, et protection de l’environnement.  Après une expérience personnelle sur le site il y a quelques mois, où nous avons constaté une pollution sans précédent de cette plage pas très fréquentée, nous avons mis en place ce rendez-vous citoyen. Parce que la protection de l’environnement n’est pas qu’une question politique, mais elle est aussi socio-économique ».

Cette action volontaire est une première depuis 2014, a reconnu l’éco-garde Guy Fabrice Nzengue  qui a fortement salué l’initiative des JVF Gabon. Dans le même élan, Ulrich Lekogo Kiana, le Responsable de l’Arboretum Raponda Walker (ARW) a indiqué que  « c’est une bonne et louable initiative parce qu’elle contribue à l’amélioration de la salubrité de nos plages en général et de celle de l’ARW en particulier. Ce qui est louable est votre courage et l’intérêt que vous JFV portez à la préservation de la nature ». Non sans rappeler que « la préservation de l’environnement constitue un enjeu essentiel pour chaque État  à l’heure actuelle, compte tenu de la menace qui plane sur la terre avec le réchauffement climatique. Ce qui explique l’existence de la forêt protégée de l’ARW pour ce qui est du Gabon ».

Sur l’origine de ces déchets plastiques divers, Ulrich Lekogo Kiana a signifié que  ces déchets pourraient aussi bien provenir  à la fois des foyers gabonais que des pays voisins. « Le courant marin au cours de ses fréquents mouvements entraîne avec lui un nombre important des déchets charriés par les rivières vers la mer. Et ces déchets sont généralement issus des consommations ménagères, voire industrielles. Pour le cas des plages de l’ARW, ces déchets proviendraient assurément des ménages, mais surtout des populations inciviques des communes d’Akanda, de Libreville mais aussi d’Owendo », a-t-il expliqué.

Pour rappel, L’ARW est une aire protégée crée par le 460/PR/MEF du 12 octobre 2012 par le président Ali Bongo Ondimba. Ses missions sont la protection de la flore, de la faune, ainsi que la restauration et le développement des activités compatibles avec ses missions notamment, le loisir, le tourisme, la science et l’éducation.

Laissez votre commentaire