PLFR 2018: le budget de l’Etat adopté à 2 773,2 milliards

© D.R

C’est au terme du Conseil des ministres qui s’est tenu ce jeudi 21 juin 2018 au Palais du Bord de mer, que le gouvernement a adopté le Projet de Loi de Finances Rectificative (PLFR) 2018. Ainsi, les prévisions révisées du cadre macro-économique et budgétaire affichent des opérations budgétaires et de trésorerie équilibrées en ressources et charges à 2.773,2 milliards de Fcfa, contre 2.673,8 milliards de Fcfa initialement prévues dans le PLF.

Selon le communiqué final du Conseil des ministres de ce jour, les ressources et charges de l’Etat s’équilibrent à 2 773,2 milliards de Fcfa soit une hausse de 3,7 % représentant un montant de 99,5 milliards de FCFA, en dépit des ajustements effectués sur les dépenses. Il s’inscrit dans la volonté du gouvernement de poursuivre la mise en œuvre effective du Plan de relance de l’économie (PRE) soutenu par le Fonds Monétaire Internationale (FMI) et appliqué depuis la fin de premier semestre 2017.

Ainsi, le niveau de recette de l’Etat s’établirait à 1.948,9 milliards de Fcfa contre 1.842,6 milliards de Fcfa préalablement prévu, soit une augmentation de l’ordre de 106,3 milliards de Fcfa. Les dépenses budgétaires, quant à elles, se chiffreraient à 1.981,2 milliards de Fcfa, contre 2.017,7 milliards de Fcfa, soit une baisse de 36,5 milliards de Fcfa. Cet accroissement des recettes de l’Etat, traduit les choix opérés en matière d’optimisation de la dépense et la capacité à mobiliser les ressources sur le restant de l’année.

Ces dépenses se répartissent entre les charges financières de la dette, prévues à 239,1 milliards de Fcfa, dans le budget initial, qui seraient ajustées à 237,8 milliards de Fcfa, les dépenses de fonctionnement, y compris celles des comptes d’affectation spéciale, qui se chiffreraient à 1.345,8 milliards de FCFA contre 1.323,2 milliards de Fcfa, ou encore les dépenses de personnel, initialement évaluées à 709,8 milliards de FCFA, baisseraient pour se chiffrer à 640,9 milliards de FCFA, dans la loi de finances rectificative 2018.

Cet infléchissement, par rapport à la tendance précédente, s’explique par les réformes engagées par le Gouvernement avec l’appui des partenaires techniques et financiers, à travers la mise à la retraite systématique des agents de l’Etat ayant atteint l’âge limite de départ à la retraite, les opérations d’assainissement du «fichier solde» ainsi que le gel des concours et recrutements dans la Fonction Publique.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire