vendredi,15 octobre 2021
AccueilDerniers articlesPizolub: un mois après sa menace, la fille du PCA acte la...

Pizolub: un mois après sa menace, la fille du PCA acte la fermeture de la DPE

Ecouter cet article

Le patrimoine mobilier de la société Pizolub SA est depuis ce jeudi 17 juin 2021 exposé à la devanture de ce qui deviendra l’ancien siège social de la délégation provinciale de l’Estuaire. En effet, en application de l’annonce de Joyce Mélie Ombouma épouse Mboma, déléguée provinciale adjoint et fille du Président du conseil d’administration de Pizolub S.A, les portes de cette direction ont été fermées laissant 24 compatriotes sans emploi.

Alors que la Direction générale de Pizolub assurait d’une gestion orthodoxe de cette entité en balayant d’un revers de la main les velléités de fermeture de la direction provinciale Estuaire, il semble qu’il n’en est rien du tout. Au contraire, la situation se dégrade davantage. Pour preuve, ce lundi 17 juin 2021, les salariés de cette entité ont été surpris de voir les biens meubles mis à la rue. « J’étais dans les environs de la DPE pensant que la déclaration était pour aujourd’hui. J’ai été surprise de trouver les effets de la DPE au rez-de-chaussée », a confié une salariée qui a requis l’anonymat.

Apprendra-t-elle, des services prestataires que lesdits effets seront expédiés vers Port-Gentil. Une procédure anormale qui se justifie par le détachement créé par la tutelle avec le personnel. « Joyce Mélie Ombouma épouse Mboma et la direction ont décidé de communiquer par les réseaux sociaux. Des fois WhatsApp et Facebook. C’est donc sur Facebook que la direction générale de pizolub gère désormais ses employés? » ajoute un employé.

En somme, les agents réunis en collectif ne savent plus à quel saint se vouer. Et ce d’autant plus que dans une lettre adressée à leur hiérarchie, ces derniers ne manquaient pas d’interpeller en filigrane le Chef de l’État Ali Bongo Ondimba afin de mettre fin à ce calvaire dont ils sont les principales victimes. Aussi, faut-il rappeler que pour la délégation provinciale de l’Estuaire ce sont 24 Gabonais et Gabonaises qui tirent le diable par la queue depuis 6 mois, car désormais sans emploi.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop