Pensions et allocations familiales: la CNSS s’explique sur la lenteur des paiements

La directrice des Prestations techniques Prisca Opirana et Le directeur du Recouvrement et de l’immatriculation Hermane Djabbas © D.R

Dans l’optique de répondre aux préoccupations des usagers qui pointent du doigt le retard pris dans le paiement des pensions et allocations familiales les responsables de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) ont animé une conférence de presse ce mardi 18 décembre à leur siège sis au Boulevard de l’indépendance de Libreville.



Pour les responsables des départements centraux du pool métier de la CNSS la lenteur observée peut se justifier par deux éléments importants notamment la difficulté de la reconstitution de la carrière de l’assuré et le fait que cette tâche se fait encore manuellement.

Le directeur du Recouvrement et de l’immatriculation à la CNSS Hermane Djabbas a expliqué, concernant la reconstitution de la carrière de l’assuré, que de nombreux manquements peuvent être constatés ce qui ralentit considérablement le processus. « Il peut arriver que sur une période déterminée, nous n’ayons pas reçu une déclaration trimestrielle de salaire. Ou, que nous l’ayons reçue et qu’il y ait un manquement au niveau du nom, du numéro d’immatriculation, etc. », a-t-il souligné.  

Il a expliqué par la suite que pour faire face à cette difficulté, Il fallait se rapprocher de l’employeur ou de l’assuré pour l’obtention des documents manquants. L’une des principales difficultés de cet exercice est que « des sociétés n’existent plus ou éprouvent de sérieuses difficultés. Très souvent il est difficile de reconstituer le parcours du salarié et encaisser les cotisations liées à ce parcours », a-t-il ajouté.

Outre, cet aspect, la Caisse nationale de sécurité sociale a indiqué que l’autre difficulté réside dans le fait que le processus même de la reconstitution demeure encore manuel. « Nous avons automatisé le circuit de l’accueil jusqu’à la validation des droits. Mais l’étape importante qui permet de reconstituer la carrière est restée manuelle », a regretté la directrice des Prestations techniques Prisca Opirana.

Loin de ce constat pour le moins regrettable qui occasionne des désagréments aux assurés, les responsables de la CNSS se sont engagés à remédier à cette situation. Ainsi, une équipe sera chargée de collecter  « les relevés nominatifs de salaires, devenus déclarations trimestrielles de salaires. Nous disposons de beaucoup d’archives qui ne sont pas dans notre système informatisé. Ces opérations d’assainissement de nos archives nous permettront d’alimenter au maximum les carrières des assurés et réduire la lenteur des traitements des dossiers », a affirmé Hermane Djabbas.

Laissez votre commentaire