Paul Kessany: «l’implication du politique nuit au bon fonctionnement de l’équipe nationale»

Paul-Ulrich Kessany © D.R

Suite aux récents événements qui ont ébranlé un peu plus la structure du football gabonais, plusieurs questions se posaient notamment celles liées à la sélection nationale. Interrogé récemment par notre rédaction, l’ancien international Paul Ulrich Kessany a notamment indiqué « il faut revenir à une gestion plus saine de l’équipe nationale », tout en soulignant que « l’implication du politique nuit au bon fonctionnement de l’équipe nationale ».



Ancien milieu de terrain et vice capitaine des Panthères du Gabon, Paul Ulrich Kessany (38 sélections) est un fin connaisseur du football gabonais. Interrogé par nos soins, le natif de Lambaréné a notamment indiqué « qu’il faut revenir à une gestion plus saine et normale de l’équipe nationale, où chacun jouerait son rôle et où les profils des personnes qui gravitent autour de l’équipe nationale seraient des choix judicieux, et non des personnes qui seraient parachutés comme ça été le cas des trois derniers entraîneurs ».

Outre cet aspect, il a également évoqué « l’implication du politique dans la gestion des affaires sportives », car a-t-il souligné « cette immixtion nuit au bon fonctionnement de l’équipe nationale, aux choix du coach et crée un cercle de privilégiés parmis les joueurs ». S’il reconnaît le « potentiel de l’équipe », il déplore néanmoins « que ce potentiel ne s’exprime et ne se matérialise pas sur le terrain ».

S’agissant du licenciement de Camacho, l’ancien international en approuvant cette décision, souligne la présence « d’un cercle de personnes dont on ne sait pas l’importance et dont on ne mesure pas l’impact ». Il y aurait également selon lui, « des postes qui ont été créés  pour permettre à certains de “pointer” ». C’est donc un ensemble de méthodes qui nuisent fortement à la sélection et de facto au football gabonais.

Militant pour la nomination d’un entraîneur gabonais pour la sélection, et donc satisfait du choix porté sur son ancien coéquipier, il exhorte ce dernier à « prendre ce rôle avec ses pesanteurs (…) a avoir de la poigne, à créer une synergie autour de lui, et surtout à prendre la responsabilité de ses choix sans être influencé ». Paul Kessany invite en outre, le nouveau sélectionneur à « mesurer les enjeux africains et mondiaux du football ».

N’ayant pour l’instant aucun rôle direct en rapport avec la sélection, Paul Ulrich Kessany est l’un de ces rares anciens footballeurs gabonais à prendre position quand cela s’avère nécessaire. Il pourrait donc parfaitement correspondre à ce dont les Panthères du Gabon pourrait avoir besoin à l’avenir, à savoir un ancien à l’écoute, passionné et prêt à aider l’équipe et le football gabonais.

Laissez votre commentaire