Patrick Eyogo : «J’ai pris acte de mon exclusion de l’Union nationale»

Exclu de l’Union nationale le 5 septembre dernier, Patrick Eyogo Edzang, le nouveau ministre de l’Eau et de l’Energie a réagi dans un entretien accordé au quotidien l’Union, paru ce mercredi 13 septembre à la suite de la publication de la décision du bureau national de l’Union nationale portant sur son exclusion.

Pour l’élu de la commune de Bitam, qui devrait d’ailleurs perdre son mandat après cette exclusion conformément aux dispositions constitutionnelle affirme que : «les instances dirigeantes de cette formation politique  (Union nationale, NDLR) ont juste anticipé sur ce que j’avais déjà initié avec mon équipe et qui devait se formaliser dès mon retour de mission à Tel-Avi».

Alors qu’il était sous le coup d’une procédure disciplinaire initiée depuis sa sortie du 5 août 2016 à Bitam, au cours de laquelle il affirmait : «Je suis de l’Union Nationale, mais je vous demande pour le 27 août prochain de voter massivement pour Jean Ping !». Patrick Eyogo Edzang voudrait laisser penser que «le divorce a été prononcé» dès lorsqu’il s’est «engagé dans une opposition progressiste et républicaine» et que l’Union nationale ne l’a pas suivi cette fois-ci, comme lorsqu’il avait été le premier à déclarer son soutien à une candidature qui n’était pas celle du parti. Or, la candidature unique fut négociée sous les auspices du président de cette formation politique comme le stipule ses statuts et règlements et non la décision d’un simple militant fut-il élu. «Un bon militant applique les décisions de son parti»; rappellait Franck Ndjimbi.

Si en politique, quand on ne partage plus la même vision, il est normal que l’on se sépare, comme l’affirme le futur ancien député de Bitam, ne fallait-il pas démissionner plutôt que d’attendre l’exclusion? Quoi qu’il en soit, Patrick Eyogo semble avoir tourné la page de l’Union nationale qu’il qualifie de  «montgolfière qui se déleste pour gagner de l’altitude», de parti politique qui «vient de perdre le capitaine».

En outre, le ministre a lancé un appel solennel à tous ses amis et à tous ceux qui croient en sa démarche de le «suivre et de sortir de la peur du qu’en dira-t-on pour la reconstruction d’une nouvelle république initiée par les Actes du Dialogue»; précise-t-il.

Laissez votre commentaire