Pascaline Bongo sommée de payer 300 millions de Fcfa à Mistral voyages

Pascaline Bongo saluant Ali Bongo, son frère cadet © D.R

Quelques heures seulement après la descente tonitruante de l’huissier de justice Me Ntchorere Soufiano et d’une escouade armée d’agents de la police judiciaire dans les agences d’Oloumi et du Centre-ville de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (Bicig) les rumeurs les plus folles ont circulé sur les réseaux sociaux. Des supputations démenties par le directeur général, Claude Ayo Iguendha, qui a révélé que cette affaire opposait simplement deux clients de l’établissement bancaire, en l’occurrence Pascaline Bongo Ondimba et l’agence Mistral voyage.



En effet, la descente de Me Ntchorere Soufiano rentrait dans le cadre d’une opération de saisie relative à l’exécution d’une décision de justice dans une affaire opposant la  société Mistral Voyages à Pascaline Bongo Ondimba. Il était question de contraindre la Bicig de  procéder au paiement du reliquat dû à l’agence de voyages.

Lire aussi >> Me Ntchorere Soufiano pose des scellés sur des agences Bicig

Selon les informations relayés par le quotidien l’Union le montant dû s’élèverait à près de 200 millions de Fcfa.  La banque ayant commencé par s’exécuter à hauteur de 100 millions de Fcfa sur les 300 millions exigés par la décision de justice.

Lire aussi >> Scellés des agences Bicig : la direction rassure sa clientèle 

La Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon, en sa qualité de tiers, étant dans l’incapacité de décaisser le reliquat, a emmené l’huissier de justice de son créancier, Me Ntchorere Soufiano, à faire une descente dans les locaux de deux de ses agences afin de procéder aux saisies des biens meubles corporels. Lesquels biens devraient donc faire l’objet d’une vente au terme du délai de contestation des saisies.

Laissez votre commentaire