Parlement européen : une résolution sur le Gabon prévue début février

Au Gabon, pendant que l’heure est à la Can Total 2017 et que le pouvoir semble avoir tourné la page de la présidentielle et la crise qui s’en est suivie, le Parlement européen va remettre à l’ordre du jours ces événements. « Le Parlement européen s’apprête à voter une résolution d’urgence sur la situation chaotique du Gabon, le 2 février prochain à Bruxelles.» nous rapporte info241.

Après plusieurs reports, la mission d’observation de l’Union européenne (MOE) avait finalement lu son rapport en décembre dernier. Celui-ci faisait clairement état de nombreuses anomalies dans le processus électoral. Sans oublier toutes les difficultés que la MOE a pu rencontrer sur place dans l’exercice de son travail. C’est dans cette optique que les députés européens se réuniront début février « sur la situation chaotique du Gabon » nous précise info241.

Jusqu’à ce jour, le camp Jean Ping et une partie de la société civile continue contester la victoire d’Ali Bongo qu’ils qualifient de « coup d’Etat militaro-électoral ». 

Dès le jour de la proclamation des résultats, une vague de contestations, ainsi que des casses et des pillages avaient éclaté dans plusieurs localités du pays. Lesquels avaient violemment été réprimées par les force de sécurité et de défense. Le bilan de ces jours de violences reste mitigé.  Plus d’une centaine de mort selon l’opposition et seulement quatre (4) morts dont un policier.

Récemment, des pro-Ping qui manifestaient contre l’organisation de la Can 2017 au Gabon ont été arrêtés puis gardé à vue 8 jours pour troubles à l’ordre public constitué alors qu’ils marchaient sur le trottoir. Ces derniers sont en liberté provisoire depuis ce 25 janvier. Ce qui n’est pas le cas d’autres partisans de l’opposition enfermées depuis plus longtemps, à l’instar de l’ancien député PDG de Minvoul, Bertrand Zibi Abeghe, aujourd’hui dans l’opposition. Preuve que le climat social est toujours tendu.

À cela s’ajoute la mobilisation sans faille de la diaspora gabonaise à l’étranger, notamment, en France qui, depuis la présidentielle jusqu’à nos jours continue de contester la réélection d’Ali Bongo Ondimba. Il tarde donc de voir quelles mesures seront prises par les eurodéputés pour aider le Gabon à sortir de ce bourbier.

Laissez votre avis