Parcs nationaux : l’ANPN annonce la création et la finalisation des CCGL

L’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), en charge de la gestion des parcs Gabonais, a initié entre 2014 et 2016 un projet de construction des Comités consultatifs de Gestion Locale (CCGL). Ces organes ont pour mission de faire participer les populations autochtones au processus décisionnel au sein des différents parcs nationaux du Gabon.

C’est avec l’appui de l’Union européenne dans le cadre du Programme d’appui à la gouvernance sectorielle (PAGOS), que l’ANPN est parvenue à la création des CCGL au sein de  7 parcs nationaux suivants : la Lopé, Waka, Birougou, Plateaux Batékés, Ivindo, Mwagna et Minkébé.

Il faut noter que la mise en place des CCGL vient de l’engagement de l’ANPN à impliquer les populations locales dans l’effort de développement des parcs nationaux. Ces organs sont composés des populations des villages riverains cibles, des opérateurs économiques exerçant en périphérie du parc cible, des organisations de la société civile (OSC) locale, nationale ou internationale active en périphérie des parcs  et enfin des administrations déconcentrées et décentralisées en charge de la gestion du territoire contenant les parcs.

Les Comités consultatifs de Gestion Locale mis en place garantissent la prise en compte des usages et des droits coutumiers des communautés locales en répondant à leurs besoins, et de manière plus large à leur existence à long terme au sein des aires protégées.

Par ailleurs, la mise en place des CCGL a été rendue possible grâce à l’appui du WWF et du WCS, deux organisations internationales présentes au Gabon qui oeuvrent dans la protection de l’environnement, notamment dans les volets de la sensibilisation des communautés locales sur la politique du Gabon en matière des parcs nationaux.

En outre, la création de ces comités vient répondre selon l’ANPN aux préoccupations des populations riveraines, nées des divers conflits engendrés dans la gestion des ressources naturelles, et notamment les conflits homme/éléphant.

Le principal défi consistera désormais, à garantir leur fonctionnement régulier, tout en mettant en œuvre des mesures de gestion liées à l’exercice des droits d’usage coutumier en zone tampon, et dans des espaces dont certains sont désormais inclus dans les parcs nationaux. Pour finir, ils devront être consultés, dans la prise de décisions concernant les activités génératrices des revenus au bénéfice des communautés locales.

Laissez votre avis