Paiement des pensions : le calvaire des retraités domiciliés à la PostBank

Siège de la Poste Bank à Libreville © D.R

C’est le moins que l’on puisse dire au regard des difficultés que rencontre désormais ces compatriotes pour  percevoir leurs pensions. Après avoir servi durant plusieurs années le pays, ils sont remerciés par la plus triste des manières par l’organisme en charge de leur reverser leurs maigres droits.

Entre l’attente, les tracasseries et le fait de rester debout durant toute la journée, ces personnes du troisième âge ne savent plus à quel saint se vouer pour recevoir des informations.  Pire la nonchalance du personnel et de la direction est décrié puisqu’ils ne font absolument rien pour que la situation, ne serait-ce qu’à l’accueil s’améliore.

Ces retraités pour la plupart déjà souffrants passent des heures à attendre debout parfois sous le soleil. Selon Echos du Nord, à cause  du  nombre limité  de  places  dans  l’enceinte  de  Postebank, les files d’attente arrivent s’allongent  et  arrivent souvent  à  la route et aucune disposition n’est prise pour mieux  les accueillir.

Pour beaucoup d’entre-eux, l’attente était supportable à la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss), « il y avait au moins des chaises à l’ombre pour les vieux que nous sommes »; selon Jeanne-Marie qui décrit les complications récurrentes auxquelles les retraités sont confrontés : «lorsque nous (les retraités) arrivons  finalement  dans l’enceinte  du  bâtiment,  on se  dirige  à  l’accueil  pour demander  la  position. Ensuite  quand  vous  allez  au guichet  pour  être  payé,  on vous  demande  de  repartir chez  le  gestionnaire  où  vous faites  une  queue  supplémentaire. grands-parents Là-bas,  il  vous demande  certaines  pièces en  vous  posant  toujours  les mêmes  questions.  C’est après  cet  exercice  fastidieux que  vous  repartez  au  guichet  pour  être  payé.»

Que des regrets pour cette sexagénaire qui a affirmé qu’«à la  CNSS, on  avait  des places  assises, on  pouvait  se  rafraîchir,  on pouvait  se  rendre  dans  les toilettes  sans  penser  perdre notre  place. Là-bas, on nous  prenait  même  la tension  et  autres  paramètres». Des propos qui sonnent comme un appel à l’endroit de ces banques qui reçoivent ces personnes chaque mois. L’établissement d’un système d’accueil efficace devrait être de rigueur pour tous les clients mais encore plus pour ceux qui ont servi et honoré notre pays.

Laissez votre avis