Paiement au trentième: Jean Marie Ogandaga s’explique

Suite à la décision prise en Conseil des ministres 23 février dernier, portant sur le paiement des fonctionnaires au trentième et qui n’a pas manqué de susciter la polémique au sein de l’opinion nationale, le ministre de la Fonction publique chargé de la Réforme de l’Etat Jean-Marie Ogandaga a tenu à s’expliquer sur les contours de cette mesure.

Le projet d’ordonnance portant modification de la loi n°1/2005 du 4 février 2005 portant statut général de la Fonction publique avec comme principale innovation, «l’instauration du paiement au trentième pour que le versement de la rémunération se fasse désormais au prorata du nombre de jours travaillés», adopté par le gouvernement en conseil des ministres, a suscité des doutes que le membre du gouvernement a tenu à lever.  

Jean-Marie Ogandaga a expliqué, dans un entretien accordé à nos confrère de Direct Infos Gabon, qu’il n’était nullement question que les fonctionnaires soient payés désormais le 30 de chaque mois mais plutôt en fonction du nombre de jours de présence au travail, y compris les jours fériés.

«Quand nous mettons en avant la notion de paiement au trentième, c’est parce que la gestion des ressources humaines doit enregistrer chaque jour. Chaque jour de présence équivaut à un jour de paye. Ceux qui ne seront pas présents à leurs postes de façon délibérée et qui vont continuer à s’absenter sans motif valable seront sanctionnés et les jours d’absences ne seront pas payés», a-t-il indiqué.

Abordant la raison qui a poussé le gouvernement à prendre une telle décision, il estime qu’elle a pour but d’optimiser la gestion des ressources humaines de l’Etat. «Nous ne pouvons pas rentrer dans une gestion optimale ou dynamique des ressources humaines en acceptant d’avoir un absentéisme aussi élevé que nous constatons dans pas mal de services. Nous invitons tout simplement les compatriotes à plus d’abnégation, à plus d’ardeur au travail et venir occuper l’emploi pour lequel ils ont été recrutés», a martelé Jean-Marie Ogandaga.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire