Oyem : Jérôme Couffeau place Sobraga entre satisfaction et défis

Jérôme Couffeau, directeur d’exploitation de l’usine d'Oyelm © D.R

Malgré le contexte économique difficile que traverse le pays depuis de nombreux mois, certaines entreprises s’en sortent tant bien que mal. C’est le cas de la Société des brasseries du Gabon (Sobraga) qui, au cours de l’année écoulée, a connu de bons résultats.



En effet, dans un entretien accordé  à l’Agence gabonaise de presse, le directeur d’exploitation de l’usine de la Société des Brasseries du Gabon à Oyem, dans la province du Woleu-Ntem, Jérôme Couffeau, est revenu sur la vision de l’entreprise à l’orée de cette nouvelle année.

Leader dans la fabrication et la distribution de boisson, la Sobraga a toujours oeuvré dans les domaines de la qualité, du bien-être de ses agents et le respect de l’environnement. D’ailleurs ce leadership s’est concrétisé avec les cinq certifications obtenus par Coca-Cola devenant la seule à fabriquer et distribuer ces produits en Afrique centrale.

«Vous comprenez aisément que la Sobraga s’érige en défenseur des produits de qualité et ne peut pas accepter que des boissons rentrent sur le territoire gabonais, d’une manière informelle, sans avoir subi de contrôle de qualité digne de ce nom. Pour pallier à cette situation, nous saluons le travail de fond des services des Douanes et de la DGCC avec lesquels nous collaborons », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, Jérôme Couffeau n’a pas manqué de dénoncer la concurrence déloyale et surtout la qualité douteuse des boissons étrangères en provenance des pays voisins.

«Nous sommes particulièrement touchés, dans le Woleu-Ntem, par la proximité avec les frontières Equato-Guinéenne et Camerounaise. Chaque jour ce sont des milliers de bouteilles ou de pack de boissons qui passent la frontière. Ils ont un packaging et un prix défiant toute concurrence, mais c’est tout. Que contiennent-ils vraiment, sont-ils contrôlés, présentent-ils une date limite de consommation ? Bien souvent la réponse est non», s’est-il interrogé. Avant de mettre en garde les consommateurs sur la qualité de ses produits qui, malgré leurs prix abordables, peuvent être dangereux pour la santé.

Pour le directeur d’exploitation de l’usine de la Société des Brasseries du Gabon à Oyem, il est question pour cette nouvelle année que l’entreprise propose des produits de qualité à sa clientèle. « Nous nous battons sans cesse pour offrir la qualité au meilleur prix. J’en veux pour preuve l’eau Akewa, sa composition est tout à fait adaptée aux besoins journaliers en minéraux des consommateurs, son goût est très apprécié et elle ne coûte que 400 francs CFA la bouteille d’un litre et demi, c’est cela le combat de Sobraga», a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire