jeudi,23 septembre 2021
AccueilDerniers articlesOyem: faute de scanner et de réactifs, les patients Covid-19 évacués sur...

Oyem: faute de scanner et de réactifs, les patients Covid-19 évacués sur Libreville

Ecouter cet article

Réputée être l’une des villes les moins impactées par la pandémie à Coronavirus, Oyem peine tout de même à prendre en charge les quelques personnes testées positives. Seulement, tous les patients Covid-19 sont automatiquement expédiés sur Libreville car toutes les structures hospitalières de la localité souffrent du manque de matériels adéquats en l’occurrence d’un scanner.

Alors que les plus hautes autorités du pays s’évertuent à vanter les mérites de la riposte adoptée contre la propagation de la pandémie à Coronavirus sur le territoire national, il semble que cette efficacité ne concerne que le Grand Libreville. Pour preuve, les localités de l’intérieur du pays semblent abandonnées à elles-mêmes. Seuls les patients ayant des situations sociales stables parviennent à se faire prendre en charge rapidement. Les individus économiquement faibles doivent se résoudre à recourir aux remèdes de grand-mère. Bain de vapeur et potions aux écorces.

Une situation due au fait que dans le chef-lieu de la Province du Woleu-Ntem, il n’existe pas une seule structure hospitalière dotée d’un plateau technique fonctionnel. « J’ai été évacué sur Libreville du fait qu’il n’ y a pas de scanner à Oyem », a accepté de témoigner une personne positive à la Covid-19. Cette dernière a listé l’ensemble des facteurs qui fragilisent la prise en charge des patients. « Au niveau de l’hôpital, tu ne peux pas faire plusieurs examens sanguins parce qu’il y a manque de réactifs. Donc les examens se font à la clinique Magalie qui ne prend ni Ascoma ni Cnamgs comme assurance », a-t-elle déploré.

Une autre source jointe par voie téléphonique par Gabon Media Time (GMT) nous a révélé que plusieurs administrations auraient été fermées à la suite de la découverte de plusieurs cas positifs à la Covid-19. « Toute la semaine dernière, le tribunal de première instance d’Oyem était fermé du fait qu’il ait eu deux cas », a-t-elle confié. 

Des révélations qui tranchent avec les récentes informations officielles du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus (Copil-Coronavirus). Lesquels font état de moins de 5 cas testés positifs. Pourtant les populations sont formelles « On ne respecte pas les mesures barrières et plusieurs bars ouvrent la nuit ». Le Dr. Guy Patrick Obiang Ndong gagnerait à s’intéresser à cette situation qui pourrait occasionner une vague de contaminations si rien n’est fait.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop