Oyem: elle poignarde à mort son ex-petit ami qui la violait sous la menace d’une bouteille cassée

Gabon Gabonmediatime 14 (4)
La présumée meurtrière avec l'arme du crime © L'Union

Les effets de la délinquance juvénile continuent de faire des victimes. Cette fois-ci les faits se déroulent à Oyem, au Nord du pays. Marck Axel Henri Ovono Ondo, 22 ans, aurait succombé à une blessure provoquée par un coup de couteau en pleine poitrine dans la nuit du 15 au 16 juillet dernier au quartier Adzougou, rapporte L’Union. Après plusieurs jours d’enquête, M.A.N, âgée de 15 ans et ex-petite amie du défunt a été interpellée par la Police judiciaire. Elle est soupçonnée d’avoir commis ce meurtre. 



Plus connu sous le pseudonyme de « Bébé Mick 2 Maillots », Marck Axel Henri Ovono Ondo, connu des services de police, aurait entretenu une relation amoureuse avec la jeune M.A.N. Ayant désormais rompu, le premier cité des amants n’aurait pas digéré la  séparation d’avec son ex-amie.  Il créait des scènes de ménage lorsqu’il rencontrait la jeune fille accompagnée d’un homme. C’était le cas dans la nuit du 15 au 16 juillet lorsqu’il surprit la jeune fille avec un homme, un parent pourtant. 

Face à ce spectacle qui s’offrait à lui et fou de jalousie, l’ex petit ami n’aurait pas pu se contenir. En effet, « se trouvant déjà sous l’emprise de l’alcool et des stupéfiants, l’ex-amant, croyant qu’il s’agissait d’un rival, pique une crise de jalousie, puis agresse immédiatement son adversaire. Une bagarre éclate entre les deux hommes. Il a fallu l’intervention des riverains pour mettre fin aux hostilités », lit-on dans l’Union. C’était sans compter avec la détermination du jeune homme qui tenait à régler ses comptes avec M.A.N.

Selon les faits rapportés par les témoins de la scène, la victime aurait décidé d’en découdre avec celle qu’il considérait toujours comme sienne. Il l’agressera vers 4 heures devant témoins, avant de l’entraîner de force derrière “Chez Marie Brizard” pour la violer sous la menace d’une bouteille cassée. « Dans un geste désespéré, la victime, instinct de survie oblige, réussit à se saisir du couteau caché dans la chemise de son agresseur, puis lui plante un coup fatal au niveau du coeur. Ce qui provoque une abondante hémorragie jusqu’à ce que mort s’en suive », souligne L’Union. 

Prise de panique car consciente d’avoir commis l’irréparable, la jeune fille prit la poudre d’escampette oubliant sur les lieux son blouson, ses chaussures et le couteau dont elle s’est servie. Rattrapée par la Direction Générale des Recherches, celle qui s’était réfugiée chez une de ses tantes à Amvame, a lors de son audition reconnu les faits avant de regretter son acte.

« Je n’ai rien prémédité. Je devais me défendre afin de me sortir des griffes de mon bourreau qui m’a d’abord humiliée en me bastonnant avant de m’entraîner de force pour aller me violer  sauvagement… » a-t-elle déclaré. Elle a par la suite été placée sous mandat de dépôt à la prison centrale d’Oyem par le juge d’instruction en charge des mineurs. 

Sabine Kassa

Laissez votre commentaire