Ouverture de l’examen de la masse salariale du Gabon par le FMI dans les prochains jours

Dans l’optique d’étudier la masse salariale du Gabon, une mission du Fonds monétaire international (FMI) séjournera cette semaine sur le territoire gabonais. Le but de cette mission vise à s’accorder avec le gouvernement sur le Plan de relance économique (PRE) afin de juguler la grave crise de liquidités que traverse le pays.

La hausse du taux de la masse salariale du Gabon semble inquiéter le FMI, pour cette raison « les experts du FMI vont examiner la structure de la dépense nationale. Notamment la masse salariale qui ne cesse de croître », un point inscrit à l’ordre du jour pendant cette visite du Fonds monétaire international a révélé le site d’information Direct infos Gabon.En effet, par rapport à l’explosion de ce poste de dépense dont le Fonds faisait d’elle, une condition sine qua non à toute aide financière internationale au Gabon.

Après que le FMI ait lancé plusieurs sonnettes d’alarme à l’attention du gouvernement gabonais sur ce phénomène, un haut-cadre du ministère du Budget et des comptes publics a déclaré que « les assurances du Premier ministre sur la non-réduction des effectifs de la fonction publique et des salaires vont être mises à rude épreuve, pour ne pas dire « démontés par les experts du FMI », suite à l’annonce de l’arrivée de ces experts financiers.

Par ailleurs, en rappel sur de cette progression, « la masse salariale du secteur public exécutée au troisième trimestre 2016 a enregistré une hausse de 20,1% pour atteindre 506,55 milliards de FCFA contre 421,86 milliards de FCFA sur la même période en 2015. Cette tendance haussière s’explique par les évolutions respectives de la solde permanente (+21,0%) et de celle de la main d’œuvre non permanente (+4,5%) », selon les indications de la Direction générale du budget et des finances publiques (DGBFIP).

En plus de cela, la DGBFIP précisait qu’en fin septembre, « la solde permanente est passée de 397,69 milliards de FCFA à 481,30 milliards de FCFA », résultat de la mise en place du nouveau système de rémunération, et de la régularisation des situations administratives des agents de l’Etat. Toutefois, cette hausse salariale qui devrait plutôt être favorable pour les bénéficiaires, notamment les nouveaux agents à la fonction publique, alerte le Fonds monétaire international qui a décidé de passer à l’action. Il faudrait signaler que, les salariés gabonais sont en droit de s’apeurer, car si le FMI maintient ses positions, c’est plusieurs agents de l’Etat qui se verront remercier de la fonction publique ou qui verront leur salaire à la baisse.

© Crédit photos Lemonde.fr

Laissez votre avis