mardi,18 janvier 2022
AccueilA La UneOrdures ménagères: Lambert Noël Matha met la pression sur Christine Mba Ndutume...

Ordures ménagères: Lambert Noël Matha met la pression sur Christine Mba Ndutume et Clean Africa

Ecouter cet article

Le mercredi 24 novembre, le ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha s’est entretenu avec le maire de Libreville Marie Christine Mba Ndutume et le directeur général de Clean Africa, Anémone Mengome. Une rencontre durant laquelle le membre du gouvernement a instruit l’édile et la société en charge du ramassage des ordures de « débarrasser sans délai la ville de Libreville des tas d’immondices observés depuis ces derniers jours »

Libreville croule depuis quelques semaines sous le poids de montagnes d’ordures, rendant ainsi la capitale gabonaise de moins en moins attrayante. Afin de remédier à cette situation, le ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha a convoqué à son cabinet l’édile de Libreville, Christine Mba Ndutume et le directeur général de Clean Africa, Anémone Mengome. Une rencontre qui fait suite à la décision prise il y a quelques semaines de confier aux mairies la gestion de la collecte des ordures ménagères.

Ainsi, dans le cadre de la lutte contre l’insalubrité à Libreville, il a été instruit de redonner dans les plus brefs délais à Libreville son visage d’antan, en la débarrassant des tas d’immondices qui jonchent les rues depuis quelques jours. « Il s’agit de débarrasser sans délai la ville de Libreville des tas d’immondices observés depuis ces derniers jours. Il a été retenu le principe de la mutualisation des moyens logistiques et des ressources humaines pour s’attaquer urgemment à ce phénomène d’insalubrité » a déclaré le ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha.

Partant du constat, concernant l’insalubrité chronique qui sévit à Libreville, il y a urgence à changer de comportement. La lutte contre l’insalubrité doit être l’une des priorités des collectivités locales, pour l’amélioration de la qualité de l’habitat des villes. L’avenir des générations futures dépend d’une prise de conscience collective de ces questions urgentes par les autorités de l’Etat, mais aussi de tout autre partie capable de concevoir une sensibilisation sérieuse et suivie des riverains quant à la préservation de l’environnement dans lequel ils vivent et mener une mobilisation sociale de masse.

Laissez votre commentaire

Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales
Enami Shop