Orabank sous scellée et son DG brièvement interpellé

 



Ce mardi 14 mars, les agents de forces de police ont une nouvelle fois fait une descente au siège de de la filiale gabonaise du groupe Orabank sis à l’immeuble les  Frangipaniers au centre-ville de Libreville. Cette descente des forces de sécurité et de défense est la seconde du genre après celle du 3 mars dernier. La banque a été mise sous scellée et son Directeur général interpellé puis remis en liberté.

En effet, selon un un employé joint au téléphone, cette descente serait consécutive à une affaire opposant Orabank, anciennement Financial Bank, à un de ses clients, en l’occurrence, la société de BTP SOGAD. Cette affaire aurait été déclenchée par le refus de la banque d’accorder un emprunt de 22 milliards Fcfa à l’entreprise dans le cadre d’un marché public de construction des écoles de commerce de Port-Gentil et de Tourisme de Libreville.

Selon le site panafricain Africa Post News, les responsables de la SOGAD auraient donc après ce refus, décidé d’ester en justice, pour réclamer un dédommagement à Orabank suite à son opposition à accorder les financements sollicités. En outre, elle aurait obtenu gain de cause, Orabank aurait été condamné à payer à la société de BTP plus 7 milliards Fcfa.

Alors même que la décision d’accorder ou pas un crédit est toujours laissée à la discrétion de la banque, l’on se demande par quelle acrobatie juridique la société SOGAD a-t-elle pu obtenir une condamnation d’Orabank.

Laissez votre commentaire