Opposition : Moukagni Iwangou appelle à « un droit d’inventaire » pour rétablir la confiance

Ce lundi 29 mai 2017, Jean de Dieu Moukagni Iwangou, président de l’aile loyaliste de l’Union du peuple gabonais (UPG), revient sur la situation qui prévaut au sein de la Coalition pour le nouvelle république (CNR), chapotée par Jean Ping, depuis la déclaration de Casimir Oye-Mba sur la sortie de crise. Il appelle notamment à une remise en cause des postures pour dit-il rétablir la confiance au sein de cette frange de l’opposition dans une déclaration que nous publions ci-dessous in-extenso.

DU DROIT D’INVENTAIRE

La pensée manichéenne décimera nos rangs. Puisqu’elle installe chacun dans le confort d’avoir toujours raison, et l’autre, dans la fatalité d’avoir toujours tord.

La foire d’empoignes ouverte à la suite de la Déclaration faite par Monsieur Casimir OYE MBA à la Chambre de Commerce de Libreville, nous en donne la parfaite illustration.

Sur une question qui ne brille pas par la clarté d’une direction discutée par tous, et donc partagée par tous, celui qui a participé, bien sûr avec d’autres, à donner de la valeur à la candidature unique, et qui a fait la fierté du GABON à la tête d’une institution internationale, comme nul autre avant et après lui jusqu’à présent, a été rangé dans le camp des mal pensants.

Héritier d’une filiation politique qui n’a jamais déviée, dans le combat contre ce régime qui a fait l’avantage de certains, je suis agacé par ces procès en intégrité, qui ont tout des procès en sorcellerie.

Désormais solidaires d’une cause juste, que nous entendons conduire jusqu’à la victoire finale, il nous appartient, de manière froide, de faire notre propre bilan.

Dans un combat dans lequel, la géographie offre à la Diaspora l’avantage d’évoluer dans des espaces sanctuarisant la liberté, pour interpeller les partenaires du GABON, la résistance à l’intérieur appelle à un leadership associant toutes les intelligences.

Ontologiquement opposée à toute pensée unique, qu’elle combat depuis le 14 juillet 1989, l’Union du Peuple Gabonais a été la première à rompre le rang, pour proposer un Agenda de sortie de crise à la Nation, parce que, nous ne plierons jamais à l’idée, que l’exclusivité de la réflexion au sein de l’opposition relève simplement de certains.

J’appelle donc à un droit d’inventaire totalement décomplexé. Pour refaire notre relation de confiance, pour consolider notre force, et nous placer à la hauteur des enjeux.

Je m’appelle MOUKAGNI-IWANGOU.

Je suis né à MOUILA.

Je réside dans la Commune d’AKANDA.

Je suis prêt à répondre de l’ensemble de mes actes.

Laissez votre avis