Opération «Vipère»: 647 locataires recensés sur les 1080

Gabon Gabonmediatime Logements Sociaux D’alhambra Habitat
Un des agents recenseurs du Centre technique de l’habitat (CTH) sur le site d’Alhambra à Angondjé © D.R.

Lancée le 2 septembre dernier par le ministère des Aménagements fonciers, de l’Urbanisme, de l’Habitat et du Logement, l’opération « vipère » vient de livrer ses premières conclusions. Ainsi, outre le fait qu’à ce jour, pas moins de 647 locataires ont été recensés sur les 1080 présents sur ce site, le ministère renseigne qu’aucun contrat de location-vente n’a été présenté aux agents recenseurs. 

Lancée sur le site des logements sociaux Alhambra à Angondjé dans la commune d’Akanda, afin de « permettre un traitement juste et équitable des besoins des Gabonais en logements », mais aussi pour faciliter la régularisation des situations respectives de tous les occupants de ces habitations et la reprise du paiement des loyers, l’opération « Vipère » vient de livrer ses premières conclusions. 

Lire aussi : Gabon: le ministère de l’Habitat lance l’opération « vipère » pour régulariser les occupants illégaux 

En effet, cette opération menée par le ministère des Aménagements fonciers, de l’Urbanisme, de l’Habitat et du Logement, a déjà permis de recenser pas moins de 647 locataires sur les 1080 présents sur ce site. Outre ce nombre qui reflète le refus de certains de communiquer sur l’État de leurs contrats, il a été constaté que 515 d’entre eux disposent d’un contrat de location simple, et surtout qu’aucun ne dispose d’un contrat de location-vente. 

Plus d’une cinquantaine d’habitants en situation de sous-location

La situation de la cité Alhambra est à la fois étonnante et surprenante. D’abord, depuis 3 ans, aucun loyer n’a été reversé aux services du ministère en charge de l’Habitat. Aussi, sur les 647 premiers logements recensés, 53 sont en situation de sous-location. Des compatriotes ont donc bénéficier de plusieurs appartements pour des montants allant de 35 000 à 180 000 FCFA et ces derniers les sous-louent plus cher à d’autres compatriotes en doublant voire en triplant le montant initialement prévu par l’administration. Des révélations obtenues grâce à l’opération « Vipère », qui a également permis de découvrir que 61 occupants desdits logements ne disposent d’aucun contrat.

Laissez votre commentaire