vendredi,15 octobre 2021
AccueilA La UneOpération scorpion: Owono Mba libre, mais doit payer une amende de 15...

Opération scorpion: Owono Mba libre, mais doit payer une amende de 15 millions

Ecouter cet article

C’est ce vendredi 2 juillet 2021 que la Cour criminelle spécialisée a finalement tranché dans l’affaire ministère public contre Roger Owono Mba. Poursuivi pour concussion et association de malfaiteurs, l’ancien ministre des Finances et des Solidarités a finalement été reconnu coupable de recel de détournement de fonds publics. Il écope de 6 ans de prison dont 5 avec sursis assortis d’une amende de 15 millions et 30 millions pour préjudice causé à l’État.

Poursuivi par le ministère public concussion, association de malfaiteurs et complicité de fonds publics, Roger Owono Mba a vu ces chefs d’accusation requalifiés en recel de détournement de fonds publics. Et pour cause, sa comparution devant la Cour criminelle spécialisée, hier, a permis de mieux comprendre les incriminations qui lui sont faites et d’en cerner la quintessence. En effet, l’ancien membre du gouvernement va révéler que le montant présumé détourné correspond à une prime perçue après un contrôle fiscal à la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog).

À ce propos, Roger Owono Mba explique à la Cour la pratique. « Madame le président, cela fait partie de nos us et coutumes qui existent dans cette administration des Finances où au terme d’une opération de redressement fiscal réussie, il est versé aux agents, selon une clé de répartition bien établie, divers montants à certains organismes et aux agents. Moi étant ministre des Finances, il est prévu une part qui me revient, mais qui est fixée par le directeur général du Trésor public », a-t-il indiqué devant l’assistance bouche bée après ces révélations fortes.

Pour le Conseil d’Etat, l’arrêté 0040 ne fait nullement mention du ministre des Finances dans la répartition de cette manne recouvrée. Pour ce qui est de la complicité de détournements de fonds publics, Roger Owono Mba a reconnu avoir reçu la coquette somme de 30 millions et non 60 de la part d’Ismaël Ondias Souna, alors directeur général de la Société équatoriale des mines (SEM). Et ce, pour le compte de l’appui financier de la Présidence à ses activités politiques dans son fief au canton Bissok dans le département du Woleu en qualité de membre du comité permanent du bureau politique PDG.

Faisant la lumière sur la procédure qui était la sienne, le mis en cause a précisé que « j’ai sollicité une aide financière au Chef de l’Etat, mais c’est le DG de la SEM qui me la remet ». Une version des faits qui a poussé ses avocats à exiger sa relaxe pure et simple. Une requête pas du goût du ministère public qui a requis 10 ans de prison dont 9 avec sursis.

Finalement, la Cour l’a reconnu coupable de recel de détournement de fonds publics et condamné à 6 ans d’emprisonnement dont 5 avec sursis. Le tout assorti d’une amende de 15 millions à laquelle s’ajoute celle de 30 millions pour préjudice causé à l’État. Si Roger Owono Mba verra ses véhicules lui être restitués, ses avoirs d’une valeur d’un milliard à BGFI demeurent gelés

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop