Opération Mamba: Ntoutoume Emane convoqué au B2

Ntoutoume Emane, président du RPR et ancien Maire de Librevile © D.R

L’affaire sur la construction du Grand Marché de Libreville (GML) qui met en cause plusieurs personnalités du pays devrait livrer peu à peu sa part de vérité. C’est en sa qualité d’édile de la commune de Libreville  à l’époque et principal signataire de la convention avec le groupe suisse Webcor que Jean François Ntoutoume Emane serait convoqué à la Direction générale des Contre-ingérences et de la sécurité militaire communément appelée B2.

D’un coût de près de 27 milliards de  Fcfa, cet investissement devait doter la capitale gabonaise d’un espace commercial moderne. Sauf que comme beaucoup d’autres projets au Gabon, rien n’est jamais sorti de terre. Après l’interpellation de son fils Albert Ntoutoume Emane, le 31 août dernier pour les faits d’association de malfaiteurs, escroquerie en bande organisée et corruption active le tour reviendrait donc à l’ancien Premier ministre d’être convoqué dans le cadre de ce scandal politico-financier.   

«Monsieur Jean-François Ntoutoume Emane demeurant à Libreville, est convoqué, le mercredi 12 septembre 2018 à 15h00 à la Direction générale des contre-ingérences et de la sécurité militaire, sise à Bellevue 2, pour affaire le concernant», indique la convocation.

Cette convocation semble annoncer la mise en branle d’une procédure judiciaire en l’encontre des personnalités partie prenante à la signature de cette convention rompue en 2013 par l’Etat gabonais et qui lui a valu une condamnation, prononcée le 23 juin dernier par la Cour internationale d’arbitrage de Paris, à payer à la société Webcor 68 millards de Fcfa, au titre des dommages et intérêts. 

Laissez votre commentaire