Opération Mamba: Ntoutoume Emane auditionné sur le dossier Grand Marché de Libreville

Jean François Ntoutoume Emane © D.R

L’audition de l’ancien maire de la commune de Libreville Jean François Ntoutoume Emane dans l’affaire de la construction du Grand Marché de Libreville était essentiellement axée sur la passation des marchés de ce projet. Même si aucun élément probant n’a été révélé à l’opinion, il semble que l’attribution de ce projet à l’entreprise suisse Webcor soit l’un des problèmes de fond creuser par la justice.

En effet pendant 5 heures d’horloge, les agents de la direction générale de la contre-ingérence et de la sécurité militaire communément appelée B2, ont procédé à l’audition de l’ancien édile de la capitale. Il était question lors de cet interrogatoire de comprendre les contours de l’attribution du projet de construction du GML au groupe helvétique, qui a réussi à faire condamner le Gabon et obtenir un dédommagement de 65 milliards de Fcfa.

Pour le conseil de Jean François Ntoutoume Emane, Me Jean Paul Méthode Imbong-Fadi les motifs de cette procédure restent flous et incompréhensibles puisqu’elle n’a pour but que de « correctionnaliser les faits commerciaux issus du rendu condamnant l’Etat gabonais à Paris ». Il a trouvé déplorable d’ailleurs que les officiers de police judiciaire se soient bornés uniquement à interroger son client sur les conditions de passation des marchés alors que cet aspect avait déjà fait l’objet d’un débat de fond au tribunal de commerce de Paris.

Ce feuilleton politico-judiciaire qui fait la une de la presse locale est loin d’avoir livré tous ses secrets. L’Etat gabonais estimant que la corruption, notamment le paiement de rétro-commissions à plusieurs personnalités avaient émaillé le dossier d’attribution de ce projet qui devait doter Libreville d’un espace commercial moderne. Ainsi, d’autres personnalités devraient également être entendues dans les tout prochains jours sur cet aspect, mais aussi sur les raisons qui ont motivé la rupture du contrat qui a conduit à la condamnation du Gabon.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire