Olam Palm Gabon donne un nouveau visage au Complexe Industriel de Lambaréné

Le personnel du Complexe Industriel de Lambaréné © GMT

Autrefois appelé usine de Siat Gabon, l’actuel Complexe Industriel de Lambaréné désormais propriété de la multinationale Olam Palm est en pleine cure de jouvence. Entre réformation, production, projection en matière d’objectifs et aménagement des infrastructures pour plus de main-d’œuvre, l’unité de raffinage de Lambaréné se prédestine à un avenir qui risque de donner à la capitale du Moyen-Ogooué un visage moderne et une croissance socio-économique jamais vécue.

Depuis qu’Olam a repris les installations de la Société d’Investissement pour l’agriculture tropicale (Siat), les nouveaux responsables s’attèlent à l’élargissement des anciennes installations, à leur aménagement afin de donner à l’espace les instruments modernes pour une meilleure qualité de services et de productions correspondants aux standards internationaux. «Quand nous avons récupéré le site, l’étude des impacts environnementaux a été notre premier défi. Nous avons débuté les travaux il y a deux mois et l’usine sera à nouveau opérationnelle d’ici fin février», a confié Mba Obame Doris, responsable QHSE.

Toutefois, malgré ces travaux d’aménagement, le nouveau Complexe Industriel de Lambaréné (CIL) reçoit toujours l’huile brute en provenance des huileries d’Awala et de Makouké pour un traitement plus approfondi en produit fini avant la livraison chez les différents clients et partenaires.

«Au sujet de la production, depuis l’avènement le Complexe industriel de Lambaréné a désormais une capacité de traitement journalière oscillant entre 50 et 60 tonnes d’huile de palme brute avec une production mensuelle de 365 packs d’huile en produits finis. Les résultats sont tout aussi encourageants par rapport au segment de la savonnerie», a déclaré Mboumba Nzoumba Eric, chef d’atelier de conditionnement huile et savon.

Sur le plan du personnel, «Olam Palm à Lambaréné nous gardé des personnes qui y travaillaient déjà au temps de Siat. Non seulement à cause de leur expérience mais également parce que nous avons pour ambition de préserver les emplois et d’en fournir. C’est pour cela que sur les 93 employés que compte actuellement le CIL, nous ambitionnons d’augmenter notre personnel à 125 employés d’ici fin février», a quant à lui précisé le directeur général Alkesh Dubey.

Laissez votre commentaire