Nyanga : un fantôme hante une école à Nyali, le gouverneur réagit

L’apparition d’ectoplasme à l’École publique de Nyali dans le département de la Moutsila, dans la province de la Nyanga ne cesse d’alimenter la psychose au sein des populations depuis plusieurs semaine. Une situation rocambolesque qui a donc contraint la première autorité provinciale, Sany Megwazeh, à sommer les populations de cette bourgade de rompre avec ces pratiques mystiques qui dérangent la quiétude des fonctionnaires affectés dans cette localité.

En effet, selon le témoignage recueilli auprès de la victime, par ailleurs du directeur de l’école publique de Nyali, Calvin Mabicka, se sentant menacé par l’apparition répétée de fantômes  dans son lieu d’affectation, il va saisir le préfet de la région pour lui faire part de ces craintes. Deux jours plus tard, une réunion est organisée avec les populations à l’initiative de l’autorité départementale.

Au cours de cette réunion, Calvin Mabicka va expliquer que dans la nuit du 2 janvier alors qu’il assistait au funéraille d’un parent du président de l’association des parents d’élèves des coups de cloche ont soudainement retenti sans explication aucune. Il Poursuit en indiquant que vers 23 heures, «ma fille d’un an et demie et le bébé de mon collaborateur Koumba Yembi âgé d’à peine 6 mois» vont commencer à pleurer sans raison. La femme de son collaborateur qui etait en deplacement sur Tchibanga va rentrer en transe, après cet épisode elle expliquera avoir vu un fantôme, «il était habillé d’un pantalon noir et d’un haut blanc. Pris de peur j’ai saisi la population par le canal du du chef de regroupement, pour qu’une réunion soit organiser», explique le directeur.

Mais rien n’y fait, les apparitions vont continuer et cela malgré l’organisation d’une deuxième réunion. Face à cette situation, Calvin Mabicka s’est vu obligé de rendre compte à sa hiérarchie de son désir de quitter cette localité. C’est face à ce dilemme que les populations vont rassembler une somme de 100.000 Fcfa pour faire venir une voyante, cette dernière va révéler que les propriétaires des ectoplasmes qui sèment la terreur était des habitants du quartier, mais aussi que l’école publique de Nyali serait le refuge de tous les sorciers du coin. «Si vous voulez que j’attrappe les propriétaires des fantômes, vous écrivez au procureur de la Nyanga. Je vous dirai où se trouve ces fantômes, avant de mettre des pièges dans le village, afin que ces sorciers subissent», a précisé la voyante.

C’est donc au cours d’une énième réunion convoqué par le gouverneur qu’un avertissement va être une fois de plus donné aux populations. S’exprimant au cours de cette rencontre, le délégué d’Académie provinciale adjoint, Jean Claude Nginga à exhorter les habitants de Nyali de cesser ces comportements qui perturbent l’éducation des enfants. Le gouverneur, Sany Megwaze, a quant à lui sommé l’assistance de rompre avec ces pratiques sataniques qui sont un frein au développement. Il a lancé pour ce faire un ultimatum aux chefs de villages pour que cessent le vampire et la sorcellerie dans la région.

Laissez votre avis