Ntoum: la bande à «Guy Nzouba Ndama» mise hors d’état de nuire

© D.R

Le trafic de stupéfiants semble avoir de beau jour devant lui dans le pays, pour preuve il ne se passe pas un mois sans que l’actualité ne soit alimentée par l’arrestation de délinquants impliqués dans ce commerce illicite. Les derniers faits en date se déroulent à Ntoum dans la province de l’Estuaire, où le dénommé «Guy Nzouba Ndama» a été  interpellé par l’antenne provinciale de l’Office central de lutte anti-drogue (OCLAD) de cette localité.

En effet, le présumé dealer s’adonnait au trafic de chanvre indien dans la commune de Ntoum avec la complicité de ses fournisseurs, en l’occurrence Chancia Avome, élève au Lycée technique de cette localité et sa mère la denommée Véronique Abessolo Mvoung. «Guy Nzouba Ndama», à ne pas confondre avec la personnalité politique,  était devenu selon les informations relayées par le quotidien L’Union, l’un des meilleurs clients de la lycéenne.

«Il se ravitaille chez la fille en grande quantité, avant de dispatcher le produit sur le marché local. A plusieurs reprises, nous avons tenté de mettre la main sur lui mais il a toujours réussi à se faufiler à travers les mailles du filet. Il faut également rappeler que Guy Nzouba Ndama fait partie des grands dealers qui ravitaillent les fumeurs en chanvre indien ici à Ntoum», relate une source policière.

Face aux agissements répréhensibles du présumé délinquant, les agents de l’Oclad mettront en place une souricière dans la nuit  du 6 avril 2018 et grâce aux informations fournies par un anonyme ils mettront la main sur Guy Nzouba Ndama. Notons que lors de son arrestation il avait en sa possession 104 ballots de chanvre. Interrogé par la suite, il livrera son fournisseur, Chancia Avome, cette dernière se montrera d’ailleurs très coopérative contrairement à sa mère qui opposera une farouche résistance.  

«C’est ma mère qui me ravitaille en cannabis. Elle m’a lancé dans cette activité il y a presque deux ans. Elle se ravitaille à Medouneu. Une fois à Ntoum, elle me donne ma part de marchandise, le reste elle garde pour elle», a avoué la lycéenne lors de son interrogatoire.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire