«Nous restons dans l’opposition. Nous sommes au gouvernement pour vous représenter»

Moukagni Iwangou, Michel Menga et David Mbadinga © GMT

Considéré comme un acte de traîtrise par certains, l’entrée au gouvernement Issoze Ngondet III, de trois opposants, dits radicaux, ne fait pas que des mécontents. Le samedi 12 mai 2018 dernier, à la faveur d’une réception donnée à leur honneur, la plateforme des «41» partis politiques de l’opposition a célébré à sa manière l’entrée au gouvernement de Moukagni Iwangou, David Mbadinga et Menga M’Essone.

Un collectif de 41 partis de l’opposition, à l’exception de l’Union nationale (UN) et le Rassemblement héritage et modernité (RHM), a célébré, le samedi 12 mai dernier, l’entrée au gouvernement Issoze Ngondet III, des opposants David Mbadinga, Michel Menga M’Esssone et Jean de Dieu Moukagni Iwangou, nous rapporte Gabonreview.

Acte de bravoure républicain ou tout simplement un retournement de veste spectaculaire, les protagonistes assument et sont compris par une frange de l’opposition. Une occasion pour l’ancien Secrétaire général de RHM, Michel Menga M’Essone, de réaffirmer sa position, «Il y en a qui qualifient cette décision comme ils le veulent. Mais, moi, mon père me disait que dans la vie ton censeur, c’est ta conscience et dans ta vie, il faut toujours être en phase avec ta conscience. Les hommes et les femmes, il y en a qui sont bons, hypocrites, et mêmes des mauvais».

Quant à David Mbadinga, président de l’Union des patriotes gabonais loyalistes (UPG-L), autre transfuge ayant pris part à cette soirée, le navire de l’opposition dont ils sont membres n’a jamais quitté le quai. «Nous restons dans l’opposition, nous sommes au gouvernement comme des gendarmes pour vous y représenter. Nous pensons que l’action que nous allons mener tiendra compte de vos suggestions, de vos remarques. Nous ne serons pas loin de vous. Chaque fois que nous poserons un acte, nous viendrons vous rendre compte», a-t-il indiqué.

Moins d’une semaine après leur prestation de serment, événement inédit dans l’histoire de la politique gabonaise, les trois opposants, à l’exception de Moukagni Iwangou, ont pris part à ladite cérémonie visant à célébrer leur promotion. Celle-ci vient un peu plus fragiliser et créer un imbroglio total dans l’opposition, la scindant désormais entre “radicaux” et modérées favorable à la politique d’Ali Bongo.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire