Nomination de Noureddin Bongo : Ali Akbar dénonce le silence du PDG et du gouvernement

Gabon Gabonmediatime Ali Akbar Onanga Y’obegue Gabon
Ali Akbar Onanga Y’Obegue © D.R.

Dans une publication diffusée sur sa page Facebook ce mardi 10 décembre 2019, Ali Akbar Onanga Y’Obegue a été particulièrement virulent contre le Parti démocratique gabonais (PDG) et le gouvernement de Julien Nkoghe Bekale. Pour cause, l’ex-député du 1er siège de Léconi Lékori dans le Haut-Ogooué fustige l’attitude réservée de ses ex-camarades face à la nomination de Noureddin Bongo Valentin, fils d’Ali Bongo Ondimba, au poste de Coordonnateur des affaires présidentielles le 2 décembre 2019.


Ali Akbar Onanga Y’Obegue ne cache pas sa colère à ses ex-camarades du Parti démocratique gabonais (PDG) et ex-collègues du gouvernement. En effet, l’ancien ministre de la Fonction publique fustige le silence des membres du parti au pouvoir au sujet de la nomination du fils du « Distingué camarade président », Noureddin Bongo Valentin, au poste de Coordonnateur des affaires présidentielles, lors du Conseil des ministres du 2 décembre dernier.  

L’ex-député élu du 1er siège de la circonscription de Léconi Lékori dans le Haut-Ogooué, exclu du PDG et déchu de son mandat n’y est pas allé de main morte. « D’entrée de jeu, je voudrais dire que si ceux qui contestent cette décision peuvent être considérés comme étant dans leur bon droit (…), ce qui m’étonne, m’écœure et me désole, sans me surprendre à vrai dire, c’est le double silence assourdissant du gouvernement qui a préparé et adopté ce texte, et du Parti Démocratique Gabonais (PDG) au pouvoir qui ne dit mot pour soutenir la décision du Distingué Camarade Président de promouvoir à cette haute fonction Mr Noureddin Bongo Valentin », a-t-il déclaré.

Si Ali Akbar Onanga Y’Obegue dit comprendre les Gabonais qui contestent cette décision, il dénonce par ailleurs le mutisme de ses ex-camarades du parti qui semblent empêtrés dans une lutte intestine. « Dans les deux cas, pour moi ce silence est révélateur de la forfaiture qui s’est installée, du sommet à la base, depuis un certain temps, au sein de ces deux instances du pouvoir censées servir loyalement et fidèlement le Président de la République et le soutenir en tout temps et en toutes circonstances « b », a ajouté l’ancien ministre de la Fonction publique.

Pour rappel, Ali Akbar Onanga Y’Obegue a été exclu du Parti démocratique gabonais le 1er août dernier par le Conseil de discipline du parti, qui l’accusait d’avoir tenu sur sa page Facebook des propos « tendant à semer de façon insidieuse la confusion et la discorde dans l’esprit des militants et militantes du PDG ». Pourtant, il semblerait qu’il dénonçait l’usurpation des prérogatives du secrétaire général du parti par l’ancien directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alihanga, qui avait initié une tournée dite « politique ».

Laissez votre commentaire