mardi,22 septembre 2020
Accueil A La Une Nomination de Mvou Ossialas à l’IGIS: la Cosyrefaa dénonce une atteinte aux...

Nomination de Mvou Ossialas à l’IGIS: la Cosyrefaa dénonce une atteinte aux libertés syndicales

C’est par le biais d’une déclaration rendue publique ce mercredi 17 juin 2020 à l’esplanade du ministère du Budget que le collège des présidents de la Confédération des Syndicats des régies financières et des administrations assimilées(Cosyrefaa) a tenu à réagir à la nomination du président et porte-parole de cette organisation Wilfried Erisco Mvou Ossialas. Occasion pour les membres de cette organisation de dénoncer cette nomination qui porte atteinte aux libertés syndicales et a pour dessein d’éloigner son président de la lutte. 

La nomination lors du Conseil des ministres le vendredi 12 juin 2020, du président et porte-parole de la Cosyrefaa en qualité de conseiller du directeur Général de l’Institut Gabonais de l’image et du Son (IGIS) est loin d’avoir reçu l’assentiment de ses camarades de lutte syndicale. Pour preuve, c’est par la voix de son 1er vice-président, par ailleurs secrétaire général du Syndicat national de l’administration budget et de la dépense Publique (SYNABDP) Carlos Roberto Otounga a tenu à condamner la nomination qui viole des textes supranationaux et nationaux en matière d’activité syndicale.

« Cette nomination est une atteinte grave à la Démocratie, à l’Etat de Droit et aux libertés syndicales », a martelé Carlos Roberto Otounga, avant de relever qu’elle viole entre autres les conventions de l’OIT N°87, interdisant l’intervention des autorités visant « à limiter le droit syndical ou en entraver l’exercice légal  » mais aussi la convention OIT n°151, annexe B, partie II qui dispose en son article 4 alinéa 1 que « les agents publics doivent bénéficier d’une protection adéquate contre tous actes de discrimination tendant à porter atteinte à la liberté syndicale ».  

Pis, la nomination du président de la Cosyrefaa violerait l’article 63 de loi n° 8/91 du 26 septembre 1991 portant statut général des fonctionnaires qui suggère que les nominations sont prononcées sur une liste d’aptitude par spécialité et sous réserve que l’emploi en cause existe et qu’il soit effectivement vacant. Sauf que selon l’organisation syndicale ledit « emploi n’existe pas ». Toute chose qui a amené Carlos Roberto Otounga et les siens à interpeller le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba sur ces « dérives visant à restreindre les libertés syndicales au Gabon et plus précisément au sein du Ministère de l’Economie et des Finances ». 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt